Les tags et les bidules.

Jeudi, 6 mai 2010.

Je me demandais, à partir de quel moment une gravure-tag sur un monument historique passe du statut de détérioration de l'édifice au statut de truc classe à protéger.

Je veux dire, j'imagine ça t'arrive quand tu visites un monument historique, de voir des trucs écris ou gravés sur les murs, des déclarations d'amour ou d'amitié, ou juste une preuve qu'on était là ce jour-là (je me demande si les gens qui écrivent à 15 ou 16 ans leur nom sur le mur d'un monument historique reviennent des années plus tard pour montrer à leurs enfants "ouais t'as vu je suis déjà venu").
Bon en général on trouve que c'est moche, inapproprié, que ça détériore le bâtiment et que c'est de l'irrespect pour les vieilles pierres (m'est avis que les vieilles pierres s'en tamponnent).

Mais, prends la tour de Londres, où y'a eu plein de prisonniers qui sont passés, et qui ont gravés des trucs sur les murs pour passer le temps.
Alors là, tout est sous verre (enfin c'est pas du verre mais on se comprend), avec une petite notice qui t'explique qui a écrit ça et quand, et tout est hyper-cool et tant mieux que les prisonniers aient gravés sur les murs, ça fait des choses à montrer.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Lieux/P1130082.jpg

En Égypte, dans certains temples, y'a des graffitis des soldats napoléoniens qui sont passés pendant la campagne d'Égypte (logique, tu m'diras), et là pareil ils montrent les graffitis et tout.

Alors si c'est les prisonniers de la tour de Londres ou les soldats de Napoléon, c'est cool. Si c'est un collégien qui visite le monument avec sa classe, c'est pas cool.

Je me demande, est-ce qu'il y a un moment, où le truc passe du statut de détérioration au statut de souvenir ?

C'est un truc qui me déboîte depuis que j'étudie les trucs du patrimoine en cours. C'est l'UNESCO particulièrement qui me déboïte (ils sont déboïtants à l'UNESCO).
Les types, ils décident de protéger un truc, que ce soit un bâtiment, un objet, une coutume ou que sais-je. À partir du moment où ils décident de protéger le truc, on peut plus y toucher. Comme si l'Histoire s'arrêtait hier, et que notre présent n'appartiendrait jamais au passé.

Si tu vois un bâtiment du XVIIIe siècle, et que le propriétaire décide de se faire une véranda en plexiglas, bah il aura carrément pas le droit, si sa baraque est protégée. Si c'est protégé, tu peux rien faire d'autre que ce qui est déjà en place, grosso et modo.

Mais tu connais le château de Blois ? C'est un château du Moyen-âge. Puis à la Renaissance, ils l'ont modifié pour que ce soit au goût du jour, et pareil au XVIIe siècle.
Si tu regardes ce château, c'est vraiment improbable la différence de style entre les différentes parties du bâtiment.
Mais, c'est bien, parce que c'est une clef pour comprendre l'évolution de l'architecture sous l'Ancien régime.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Lieux/n7152117308993246258.jpg

T'imagines si au XVII les types de l'UNESCO ils s'étaient pointés et ils avaient fait à Gaston "non tu construit pas ta nouvelle aile, ça va dénaturer le bâtiment, remballe ta pioche et ta truelle" ?

Alors ça se trouve, dans cinq ou six siècles, les types qui étudient l'histoire se diront, non mais quels débilos ces gens, de rien avoir gardé de leur époque, et comment on fait visiter la maison natale de Philippe Risoli aux pécores (ouais Philippe Risoli sera mondialement connu dans cinq siècles, c'est Elizabeth Teissier qui me l'a appris) ? Et comment on voit les évolutions de l'architecture du XIX au XXIIe siècle ?

Alors, voilà : à quel moment les graffitis sur les monuments historiques passent du statut de détérioration à celui de trace historique ? Et à quel moment le présent passera du statut de détérioration du passé à celui de trace historique ?

(Ha ouais, on réfléchit aujourd'hui.)

De krommlech.

Rangé dans Point d'interrogation.

Les petits trucs en plus.

Pour compléter.

Par Tigrou le Jeudi, 6 mai 2010
C'est tout le problème de la "culture" en général, parce-que déjà y a pas de définition précise de ce que c'est, et qu'ensuite c'est des sujets quand même complètement subjectifs. (il suffit de voir ce que fait l'UNESCO pour ça justement) Après je pourrais te faire tout un speech là dessus aussi mais bon, je vais en garder un peu pour mon oral de cet aprèm. (ton article est carrément synchro par rapport à ça !) Et puis, oui, Blois je connais. Et pour les modifications sur le patrimoine (sans parler que de Blois), ça vient aussi des politiques du moment, puisqu'il faut sauvegarder le patrimoine ET le moderniser pour qu'il soit en "phase" avec l'époque. Donc, non, je te donne pas de réponse, mais c'est des sujets qui soulèvent effectivement plein de questions :)
Par anotherworld le Jeudi, 6 mai 2010
Figure-toi que je me suis déjà posée les mêmes questions, et que tout le monde trouve ça débile quand j'en parle. Je suis émue T-T
Plus sérieusement, je pense qu'effectivement il faut protéger un certain nombre de bâtiments anciens, pour en garder en témoignage, mais il faut aussi laisser l'architecture plus "contemporaine" évoluer. Je pense qu'il doit y avoir un genre de loi de la jungle avec les bâtiments, certains survivent, d'autres non. Tout le problème est de définir une limite entre conservation et surprotection, mais ça...
Par tigrou143 le Jeudi, 6 mai 2010
Profond comme réflexion...
Par tigrou143 le Jeudi, 6 mai 2010
Surement quand la "gravure" est beaucoup plus récente que le bâtiment et que la date de la "gravure" sort de ce qu'on appelle l'histoire...
Genre un tag de 2002 sur une pyramide n'est pas un truc historique, un tag romain de l'an 200 sur les pyramides est historique...
Enfin je pense...
Par krommlech le Jeudi, 6 mai 2010
Entre la construction des temples égyptiens et les graffitis des soldats de Napoléon, y'a quand même au moins 2000 ans, et sûrement plus de 3000.
Par Mneemosyne le Jeudi, 6 mai 2010
Je viens d'écrire un téra long commentaire a ce très interréssant billet, mais ce gentil cowblog me l'a mangé en bonne et due forme.

Je m'insurge, et j'étale ma paresse a le refaire dans son intégralité.

Je citais, entre autre, les "graffitis" de Ludovic Sforza dans sa geôle du donjon de Loches, qui fut aussi sa dernière demeure.
et je supputais qu'ils fussent plus intéressants d'un point de vue émotivité historique qu'un brouillon " sofi jtm pqt tkt 4 ever" au marqueur rouge sur la plaque du soldat inconnu (exemple, pour l'exemple) .
Et je disais aussi que ceci dit, j'étais plutôt d'accord avec tes légitimes interrogations, et que la réflexion méritait d'être faite.
Par Satine le Vendredi, 7 mai 2010
ah ben tiens je m'attendais à ce que tu nous parle également de la tombe d'Oscar, détériorée par toutes ces traces de rouge à lèvres de pouf dont je suis sûre que les trois quarts ne savent même pas qui est Oscar Wilde!
le débat qu'on a eu au père Lachaise, tu te souviens? Pomme et toi qui pensions que c'était de la profanation, du manque de respect, et pas toi?
mais bon c'est vrai, ce n'est pas exactement un monument.
Par krommlech le Vendredi, 7 mai 2010
En fait j'ai pas du tout pensé à la tombe d'Oscar en écrivant l'article (honte à moi), mais ouais c'est le même genre de réflexion =)
 

Pour compléter.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://krommlech.cowblog.fr/trackback/2993519

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast