Héééé, tu réponds YES ou NO ?

Mardi, 6 novembre 2007.

J'arrive à attraper le réflexe "cheveux sur l'épaule cheveux sur l'épaule" quand ladite n'est pas cachée avec des vêtements, tu peux clapclaper dans tes mains que ça ne me vienne pas quand c'est plus utile (en même temps je vais pas me tartir à te dire pourquoi c'est utile, on a juste qu'à dire tu supputes si ça te fait plaisir).

Ha oui, il faudrait que je mette de grands géants panneaux publicitaires et tout ça mais j'ai une bourse de sans-argent (enfin, après anniversaire, c'est plutôt une bourse de sans-argent-à-dépenser-avant-les-grandes-vacances, j'avoue), de ce fait tu vas juste gentiment lire la jolie phrase que je construits présentement (après tu vas voir une autre phrase pas construite par imou et tu savoureras la différence, j'suis sûre, même sans l'optimisme inné c'est sûr), bref je pars dans mes parenthèses là.
Je disais donc, sois aimable, et va voir lààààààà, tu verras, c'est trop tout bien.
Trop tout bien.

"Mandons et ordonnons au gouverneur et notre lieutenant général en icelle, aux gouverneurs particuliers de nos villes, places et châteaux ou à ceux qui y commanderont en leur absence de vous assister et faire assister et donner main forte selon ainsi qu'ils en seront par vous requis et vous faire obéir en choses concernant l'éxécution de la présente commission, et à tous les baillis, sénéchaux, prévôts, juges leurs lieutenants, même aux chefs et officiers de nos troupes et à tous ceux qui dont elles seront composées et autres nos officiers et sujets qu'il appartiendra de vous reconnaître obéir et entendre en tout ce qui leur sera par vous ordonné pour la dite exécution."
T'as le droit de comprendre ça mais alors je risque de te regarder bizarrement.

Euh sinon des fois je me réveille vers le milieu de la fin d'après-midi (après avoir entendu Noyémie être assise sur ma chaise de bureau à je-ne-sais-quoi-faire, qu'est-ce que le point ?) et je me moque un peu et je souris beaucoup (c'était une photo chouette qui passait dans le diaporama (toutes les photos qui passent dans le sont chouettes, c'pourquoi elles sont là)), et je culpabilise même pas de mal avoir réparti le temps entre "travail" et "sieste post-cours-épuisants", parce que la partie deux était quand même un poil plus longue que la partie une.
Un poil de la longueur de celui dans ma main, en fait.



J'aimerais bien, outre ceci (j'avais envie de placer un "outre"), implanter le gène de la fermeture de portes à ma soeur.
Elle a pas percuté le principe du "quand je rentre dans une pièce dont la porte est fermée, je referme la porte en sortant", et quand je fais semblant de dormir (je fais semblant de dormir avant de vraiment dormir, parce que pas folle la guêpe, si je ruse pas telle la siouse les gens qui s'invitent dans ma chambre-ce-moulin me parlent et ça détruit ma concentration pré-sommeil, ou plutôt ma détente, enfin tu comprends le principe) donc quand je fais semblant disais-je avant de m'interrompre, je peux pas lui dire de fermer sinon ça fait tout de suite moins réaliste, tu en conviendras, et je peux pas me relever pour la fermer moi-même vu que j'ai aucune propension au somnambulisme.

Je dois t'avouer pour peut-être conclure que le cours d'anglais, en dehors de son aspect lent et épuisant, à quand même des aspects ludiques.
Je t'avais raconté la palpitante aventure du collier à l'ADN de renne pour faire de tes enfants des scientifiques, et aujourd'hui on a étudié un super truc où un gugusson s'est fait virer de son travail parce qu'il a répondu des trucs pas cools à un test de personnalité (pas cools du genre "je préfère faire un client heureux que de réaliser une vente", ça colle pas pour un vendeur paraît-il).
Et de ce fait, on a eu droit à un chouette exemple de test de personnalité, et y'a une arnaque dans le potage, que je m'en vais te narrer à l'instant.
Alors, la consigne était :
"Answer YES or NO to each of these questions."
Et je te passe les 19 dépalpitantes premières questions, pour sauter tout de suite à la vingtième, qui était, je te le donne en quatre mille (et je te le donne en anglais aussi, je vais pas me tartir à traduire) :
"Would you prefer a quiet night in or to go to a bar with some friends?"
Maintenant, est-ce qu'on doit expliquer aux gens qui fabriquent les tests qu'on peut moyennement pas répondre YES ou NO à une question à choix multiple ? (dont les choix multiples sont pas YES ou NO, sinon tu peux, ça va de soi)

Sinon y'avait une question qui était : Préféreriez-vous être archevêque ou général ?
Ils demandent ça à des agents d'entretiens avant de les embaucher, drôle hein ?
J'ai répondu archevêque dans mon cerveau (haha, note l'ironie venant d'une athée, hein), C'est juste rapport au fait que tu risques moins d'avoir le trépas de gens sur la conscience, m'est avis.
Mais d'une autre part t'as pas de retraite, vu qu'ils travaillent que quand ils sont vieux.

Voilà c'était jour de rentrée.

De krommlech.

Rangé dans Plein de trucs.

J'aime bien quand je sors pour aller exécuter ma grande passion (mais si tu sais, imprimer des photos) et que par le plus grand des mazars en quittant la chaleur du foyer familial je vois Youguette passer devant la maison des dalmatiens de la montagne parce que la pauvre amie a eu cours aujourd'hui, HAHA, et donc revient de la fac.
Encore plus chouette quand elle m'accompagne et que de ce fait on peut parloter pendant quelques temps et puis voir que le photomaton indiqué c'est une cabine d'essayage et tout ça.

Et aussi soit dit en passant il va falloir m'empêcher de m'amuser avec la température de ma chambre pour voir les petites bulles du thermomètre de Galilée monter et descendre.

Faire le médecin (quand j'étais une enfançonne je voulais être médecin rien que pour avoir un pendule de Newton, c'était étroitement associé dans mon cerveau), ça c'est marrant.
Aller chez le médecin, ça c'est moins marrant (t'espères avec moi qu'elle veuille pas me peser, parce que c'est pas ma passion dans la vie ? (ça me fait penser à la remarque de popa hier après-midi, tiens tiens ^^))
Trouver des places pour les cartes postales au mur, et pour les cadeaux dans la chambre, ça j'aime bien.



Euh, sinon, je t'ai jamais dit sûrement, j'aime pas quand il y a du yaourt sur la languette qui ferme le pot, et quand il y a du dentifrice dans le lavabo quand je me lave les dents.
J'aime bien ouvrir le yaourt et que la languette soit tout propre, et nettoyer le lavabo pendant que je me brosse les dents (gaspillage d'eau, oui mais encore ?).

Et ça me rappelle un début d'article pas intéressant que j'avais écrit un jour, et pas posté parce que même moi je m'étais rendue compte qu'il était pourri, où je parlais de partir en retard et de bouteille de shampooing, et même d'enveloppes vides.
J'ai appelé ça "habitudes", et ça traîne inutilement dans mes dossiers.

Là je vais faire des trucs qui sont pas tapoter un articlounet pour mon blog, alors je me tais par ici.


De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Une idée comme ça.

Lundi, 5 novembre 2007.

Ha oui, si quelqu'un tient à m'offrir un cadeau de Noël, je voudrais bien de la place, comme bidule. Ça m'inspire.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

19, c'est niouk.

Lundi, 5 novembre 2007.

En fait l'affaire, c'est que samedi j'ai eu 21 ans. Vendredi j'en avais 18 et puis samedi j'en avais 21, et histoire qu'on me demande pas pourquoi blabla, je me tartis l'explication une douze millionième fois, pour le plaisir de ta curiosité.

Pourquoi 21 et pas 19 ?
19, c'est moche. Donc tout est mieux que 19.
Les chiffres impairs, c'est mieux que les chiffres pairs, donc 21 c'est mieux que 20.
Donc 21 et pas 19.

Afin de me prendre trois ans sur les épaules, j'avais convié quelques êtres chers à partager l'allégresse, et je suis si mignonne je te donne leur nom (ordre alphabétique, bonjour).
Adiboux, Elo, Julieta, M'selle Bonjour, Paulinette, Youguette, et évidemment m'sieur mon fiancé vu qu'il a eu la gracieuse idée de passer quelques jours dans nos vertes contrées lorraines (qui tapent plutôt dans l'orange ces derniers temps mais personne ne va s'en plaindre).

Il y a eu un programme des réjouissances étudié, avec de l'esclaffe (voire du cinglé rire, quand Youguette parle de ce dont elle se sert au bout des bras pour parler, qui restera je crois LE moment mémorable), à boire à manger à jouer et à un peu dormir.
Y'a eu du prolongement jusqu'à l'après-midi du samedi pour certain(e)s (disons pour le certain c'était prévu et pour les certaines c'était de l'improvisation) parce que c'était encore plus mieux comme ça.

Il y avait, si tu as pas goûté c'est tristessitude dans ta chaumière, les gâteaux au praliné amoureusement préparés par mon popa.

Mais il y a eu un problème de la famille des troubles. Enfin y'en a eu plusieurs, y'a eu le mineur qui était, essaye d'empêcher des gens (qui sont des invités donc qui bougent pas, saperlipopette), de faire/essuyer la vaisselle. Même si c'est ton nannicversaire et tu dis ce que tu veux et eux ils accomplissent pour te faire plaisir en ce jour de gloire. "Tu dois tu fais pas la vaisselle tu touches pas au torchon", tout ça, eux ils font ces bougres (ces bougres sont trop gentils, tel est le problème).

Mais le maxi problème, le majeur, le neumbeur ouane, c'est que les gens ils ont pas compris, tu vois.
Je suis passée de 18 à 21 ans, alors eux ils ont cru qu'il fallait m'offrir des cadeaux pour les trois années, la 19 la 20 et la 21.
Haha, tu percutes la problématique ?
Il y a eu une sorte de gros paquet de cadeaux, un tas un tas et un autre tas, avec dedans, toutes les choses que je voulais, même celles dont j'avais pas conscience de l'existence, mais quand je les ai découvertes je me suis rendu compte que je les voulais bien (ça c'est Bazar, le Capharnaüm de Noël, pour exempler).
Des milliards de minutes pour ouvrir tout ça, y'a des bidules ils s'étaient cachés dans le papier journal, et y'a des bidules ils feintent, du genre le bracelet il se laisse pas accrocher à ton poignet, haha, et y'a des bidules tu peux pas décrocher ton attention d'eux, dans la famille j'ai nommé, le pendule de Newton, qui me donne l'air d'un médecin et qui a plus-la-classe-que-ça-tu-trépasses.
Des cartes en veux-tu plein en voilà à profusion, avec des mots gentils et ceux qui font se mordiller la lèvre en lisant, tous ils donnent de grands sourires et parfois des rires, et même la carte qui te fait un grand slurp, ça se gausse.

Là je vais pas te faire la liste de tout ce que j'ai reçu, parce que
PETIT UN (j'aime bien écrire "petit" en grand) je sens que tu as pas douze milliers d'années devant toi et il faudrait,
PETIT DEUX je voudrais pas emplir ton être de la jalousie de rigueur,
PETIT TROIS j'ai dit je fais pas alors je fais pas.
Mais t'as qu'à imaginer ce que j'aurais bien voulu pour mon nannicversaire et tu sauras que je l'ai eu.

Mais par contre je peux remercier les gentils êtres qui se trouvaient dans la maison des dalmatiens de la montagne vendredi soir, parce qu'avec tout ça je crois bien que je vais pouvoir baigner dans le bonheur pendant très très longtemps, même sans maillot de bain ni palme.
Quand je dis "tout ça" je parle pas juste de la problématique matérielle (ces bougres sont trop gentils, tel est le problème), mais aussi de quand tu étais là et que tu m'as rendu plus-que-joyeuse, et que tu t'es rendu plus-que-joyeux aussi j'espère, si tu fais partie des sept personnes énumérées jadis.

Et p'is on dit les absents ont toujours tort mais des fois nan, alors aussi MERCI MERCI MERCI et 14.000 autres et quelques remerciements jeune pas-sieuse, et toi dans la salle tu peux clapclaper dans tes mains en son honneur, tellement elle est chouette.
Tu sais quand tu reçois le premier SMS de la journée et c'est elle qui te souhaite un joyeux z'anniversaire, quand popa apporte le courrier et que tu vois une enveloppe qui vient de Toulouse, et ensuite une autre enveloppe qui vient de Toulouse, quand tu consultes tes emails et que tu vois qu'elle a encore pensé à toi, c'est de la catégorie des ça accroche un grand sourire aux lèvres.

De temps en temps mes oreilles et mes lèvres elles ont l'occasion de se rencontrer, et puis là y'a une huitaine de gens qui m'y ont fortement aidée, et on a qu'à dire, si tu as de la pâte à modeler chez toi tu leur ériges une statue, d'ac ?



Et puis la photo, je sais j'ai dit y'avait une huitaine de gens et je mets juste une personne, et c'est ingrat pour les autres, mais PETIT UN j'ai pas de photos de groupe-en-entier, PETIT DEUX cette photo je l'aime, PETIT TROIS Youguette je l'aime et PETIT QUATRE je fais ce que je veux d'abord.

Ça va faire de nouvelles photos sur mon mur, tout cela =)

De krommlech.

Rangé dans Des -versaires.

La fin des jours avec.

Dimanche, 4 novembre 2007.

Y'a des jours avec, et des jours sans.

Des jours avec, qui commencent avec un SMS, et quelques minutes d'attente dans la froidure de l'automne, avec cette vision qui réchauffe, et ces bras qui réchauffent, ensuite. Avec des cartes postales à profusion, une pour chaque jour, et même plus. Avec des fleurs, un bouquet de roses qui orne un meuble, des rouges, une blanche. Avec un Tigrou, encore une peluche douce à serrer dans ses bras, même qu'elle garde des bisous. Et ça c'est pas en fait des jours avec, c'est juste des premières minutes avec.
Il y a des jours avec des sourires, des câlins, des bisous, des regards.
Des jours où on découvre Mireille et où on découvre que Mireille elle stresse et elle fait des bruits d'os et surtout, que Mireille CHATOUILLE. Mireille se balade et ça fait des bruits de stupeur. Mireille c'est la bête qui vibre, tu sais, même dans la main et sur le nez.
Des jours avec des balades, on marche on prend des photos et on rencontre les mangeurs des bois, ceux qui cannibalisent dans la forêt et libèrent les chiens abandonnés, et puis on est des B alors on fait des trucs de B, mais surtout m'sieur mon fiancé, et je le regarde faire des trucs de B, des tractions des pompes des saute-mouton des sauts de trop haut et plein de bidules qui fatiguent les bras.
En parlant de fatigue il y a aussi les jours avec des jambes qui se sentent faibles, où monter les escaliers c'est rigolo avec cette sensation, même si assis c'est qand même bien, avec toute cette faiblesse.
Y'a des jours avec lecture, et éclats de rire de circonstances, avec TéVé et même DVD sauf que jamais on regardera un DVD en entier, faut croire.
Les jours avec les (génialissimaux) yeux verts à observer, les sourires à regarder, les déclarations d'amour, à entendre, à prononcer.
Les jours avec cours de langues, et pas la langue que t'imagines, bande de langueurs, les langues qu'on parle dans les pays, d'abord.
Ceux avec des "je boude parce que tu t'es tapé", mais en fait c'est jamais du vrai boudage, parce que c'pas tellement possible, tu en conviendras.
Les jours où on est pas deux mais quatre, voire cinq. Ceux où on va manger au restaurant avec Youguette et Elo, avec les serveus fous et les tours de rond-points qui rendent le jeune grelon géant trépassée de rire, où il faut arrêter la voiture quand le conducteur subit le même sort. Ces jours qui se terminent dans la chambre, avec du à boire et une Mireille qui s'amuse avec la canette de 7UP, et Youguette qui raconte le loir qui se prend une porte de garage et qui est achevé à coups de PIOCHE (bienvenue dans sa famille =)), et puis ça compte aussi les jours avec les mêmes plus ma moman, assis sur le canapé à regarder un enfant qui provoque des pulsions meurtières et trouver les solutions pour le calmer, lancer dans les escaliers, vodka, claque, meurtre pur et simple, le tout noyé dans l'esclaffe.
Les jours avec Kromkrom qui est appelée "maman", parce que c'est sa moman, même si lui il est un écureuil, comprends les mystères de la nature.
Les jours où on reçoit les compliments qui sont je suis un plumeau et une boîte aux lettres, en plus du je suis un arbre, oui oui les cha-mis.
Les jours où on voit un grand garçon s'amuser avec un bout de bois, rallumer un feu, bouder, rire, faire des grands sourires comme si c'était Noël.
Et puis, t'ai-je parlé des jours avec du chocolat chaud, miel et chantilly, avec des regards à l'objectif pour photo-photo, avec des cadeaux, avec un m'sieur à chercher quand il est caché sous la couette, avec, avec, avec ?



Y'a aussi les nuits, celle où on se couche à 5h du matin en entendant à l'étage des gens rire, celle où on se couche plus tôt pour rattraper, ha bah oui faut bien.
Les nuits avec Krommlech qui vient se glisser entre nous deux, parce qu'elle est jalouse, elles ont dit, mais c'est juste qu'elle voulait un câlin, j'suis sûre, et celles avec les fables de la Fontaine.. 
Les nuits qui tiennent chaud avec quelqu'un d'autre dans les bras que Bonnet, même si Bonnet c'est le plus doux, un fiancé c'est encore mieux, et puis les nuits où on se réveille en plein milieu et où on fait des bisous, avant de se rendormir. Ça c'est toutes les nuits avec, en fait.

Tout ça c'est les jours avec m'sieur mon fiancé.
Des jours avec qui se finissent par une Opel Corsa qui s'en va, des bisous qui volent avec un souffle d'haleine pour les envoyer, un retour dans la chambre à l'aveuglette parce que quand même, ces jours avec se finissent avec des yeux mouillés mouillés, et puis c'est là que commence les jours sans.

Y'a des jours avec, et maintenant il y a dix jours qui viennent et qui seront des jours sans.
Mais on va faire avec.

P.S. : Aussi, il y a des jours avec des zamies, et une cousinette, en plus du namoureux, et vendredi-samedi c'était un jour super plus plus, avec plein d'avec, justement, mais je te raconterai ça dans une autre histoire, si tu es sage, le nannicversaire d'Emil.

De krommlech.

Rangé dans

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast