Oscar, Oscar.

Lundi, 17 novembre 2008.

"À onze heures la famille se retira, et dès onze heures et demie toutes les lumières étaient éteintes. Quelque temps après, Mr. Otis fut réveillé par un bruit bizarre dans le couloir, à l’extérieur de sa chambre. On eût dit un tintement de métal, et il semblait se rapprocher de moment en moment. Il se leva immédiatement, frotta une allumette et regarda l’heure. Il était exactement une heure. Il était très calme, et se tâta le pouls, qui n’était nullement fébrile. Le bruit étrange se poursuivait, et il entendit en même temps distinctement un bruit de pas. Il chaussa ses pantoufles, prit dans son nécessaire de toilette une petite fiole oblongue, puis ouvrit la porte. Juste en face de lui il vit, au pâle clair de lune, un vieillard d’aspect terrible. Il avait des yeux pareils à des charbons incandescents ; une longue chevelure grise lui tombait sur les épaules en tresses emmêlées ; ses vêtements, d’une coupe ancienne, étaient sales et déchiquetés ; de lourdes menottes et des fers rouillés lui pendaient aux poignets et aux chevilles.

«  Cher monsieur, dit Mr. Otis, permettez-moi vraiment d’insister auprès de vous pour que vous huiliez ces chaînes : je vous ai apporté à cette fin un petit flacon de lubrifiant Soleil levant Tammany. On le dit efficace dès la première application, et il y a, sur l’emballage, plusieurs témoignages provenant de quelques-uns de nos théologiens les plus éminents. Je le laisse ici pour vous, à côté des chandeliers, et je me ferai un plaisir de vous en fournir encore au cas où vous en auriez besoin. » Sur ces mots, le ministre des Etats-Unis posa le flacon sur une table de marbre et, fermant sa porte, se retira dans sa chambre pour se reposer.

Un instant, le spectre des Canterville demeure absolument immobile, dans un accès d’indignation bien naturelle ; puis, jetant violemment le flacon sur le parquet poli, il s’enfuit le long du couloir en poussant des gémissements sourds  et en émettant une lueur verdâtre et fantomale."


Le fantôme des Canterville,
Oscar WILDE

http://i6.photobucket.com/albums/y216/sfrajett/wilde.jpg

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Mon petit mauvais marché, on va commencer en ce jour d'hui par tu fais une bonne action. Ha oui ça rigole pas.
Tu connais Pénélope Jolicoeur dis-moi ? Si tu la connais pas tu devrais, j't'assure.

Bien alors Pénélope Jolicoeur elle a créé un site qui est ici, où des gens vont mettre des BD et toi tu es lecteur et tu vas lire les BD.
Et avec tous les gens qui vont lire les BD qui son sur ce site, bah ça va créer de l'argent pour offrir des cadeaux de Noël aux pauvres enfants qui ont pas de cadeaux même s'ils croient au Père Noyel.
Donc juste le principe c'est que tu vas lire ça régulièrement et hop, c'est magique magique et tes idées ont du génie (et celles de Pénélope Jolicoeur aussi, d'ailleurs).

Maintenant que nous avons fait ceci, je peux te dire que cette nuit, j'ai rêvé qu'Hilary Duff (celle qui faisait Lizzie McGuire lorsque j'étais jeune et que je regardais Lizzie McGuire le mercredi matin dans KD2A (maintenant dans KD2A le mercredi matin c'est Heidi, tu sais la fille qui vit dans la montagne avec son grand-père là, sauf qu'Heidi maintenant elle est devenue collégienne donc elle va au collège, en boîte de nuit, elle couche avec des types, enfin toutes les choses qui arrivent à une fille de 13 ans quoi (mais bien sûr (moi à 13 ans je regardais Lizzie McGuire ou quoi, plutôt)) et en plus elle fait de la randonnée, vu que c'est Heidi).
Donc y'avait Hillary Duff, va savoir où je suis allée la chercher celle-là, et elle épousait un type, mais je sais pas qui, mais je me demande si c'est pas Nicolas Sarkozy en jeune. Donc elle épousait le type, et figure-toi que cedit type il devenait président du Rajahkistan. Le Rajahkistan existe que dans mon subconscient, inconscient, ou je sais plus quel -concient, là. Dans le monde nan, mais y'a bien le Turkménistan à la rigueur, si tu y tiens.
 
http://www.aolcdn.com/red_galleries/lizzie-mcguire-400ds0827.jpg

Puis alors Hillary Duff qui était mariée avec Nicolas Sarkozy-le-jeune qui était président du Rajahkistan, tu sais ce qu'elle faisait ?
Elle venait dans la maison des dalmatiens de la montagne (celle où j'habite si tu suis pas) et là elle tapait la causette à Carla Bruni et elles comparaient leur statut de "femme de président alors que j'en ai pas l'air". Pendant qu'elles faisaient ça, moi j'étais avec Youguette et on devait dessiner la cabane à cigognes de Vévé pour une exposition qui devait avoir lieu dans un lieu qui n'existe pas à Dombs.

Puis eu lieu ce dialogue entre Hillary et Carla :
Carla : "Tu vas bien ?"
Hillary : "On peut dire que je vais bien, mais je n'ai pas le droit de répondre à la question « comment va le Rajahkistan en profondeur ? »"

Après je me suis réveillée et j'ai cru que Dieu m'apparaissait ou que sais-je, vu que je voyais plus qu'une grande lumière blanche, même pas au bout d'un tunnel.
En fait c'est juste que j'ai ouvert les yeux pile dans la direction de mon miroir qui avec une joie non dissimulée m'a balancé à la figure tous les rayons de soleil qu'il a pu trouver (du soleil, en novembre, en Lorraine, c'est miraculeux, je te l'accorde).

Puis cet après-midi je me suis acheté une robe et pour une fois que je m'achète un habit il faut que je te montre, quoi. Surtout une robe "et dire qu'avant tu voulais jamais porter de robe nianiania". Le principe c'est que si on change pas de goûts vestimentaires entre 15 et 20 ans, on est pas sorti du pré. Enfin je parle pour moi, en fait, mais ça arrive à beaucoup d’humains d’avoir des goûts vestimentaires moisis durant la période bénie de l’adolescence, avoue.
http://www.promod.fr/images/produits/pzoom/zp502814.jpg

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Le week-end d'Emil.

Dimanche, 16 novembre 2008.

Voici pour commencer la preuve que Rouquinou i’dort dans la cabane à cigognes de Vévé-mon-popa. Je t’avais dit la semaine dernière que je te montrerais, et tu vois, je n’ai qu’une parole ! Ou deux, quand ma phrase est longue.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Chats/P1100229.jpg

Tu peux voir aussi du coup la taille de la cabane, comme quoi je te mens pas !

Puis on a appris un truc dinguot sur Rouquinou le filou. Je t’ai raconté que la nuit il allait crécher chez mes voisins de derrière qui sont relativement dingues. Et qui lui donne des pâtes à manger (ouais). Mais aussi Chritelle ma moman elle lui donne à manger sur le balcon (sa deuxième maison (à Rouquinou, pas à Chritelle)). Mais aussi, cette semaine Noyémie a vu une autre voisine un peu plus loin dans la rue qui le sustentait, Rouquinou. Ce qui nous donne trois restaurants du cœur pour Rouquinou le filou.
Mais plus formidable encore, tu sais quoi ?
Y’a un des voisins (on se croirait à Wisteria Lane tellement y’a du potin félin ici) qui a dit à Chritelle que Rouquinou, il appartient à son voisin à lui (donc un quatrième être humain).
Ça veut dire que Rouquinou, mine de néant avec ses miaoulements, ses regards de canidé frappé et tout, il se fait nourrir dans quatre demeures différentes, et il le vit bien quoi.

Sinon ce week-end ça a été chargé, oulala.
Vendredi Germaine et Gervaise qui vont fêter leur anniversaire de 20 ans en même temps qu’imou le jour du Saint patron des Lorrains sont venus dans ma chambre de la maison des dalmatiens de la montagne pour organiser ceci.
Faire une liste des invités et réfléchir à combien de chaises il nous faut et qui emmène quoi, et surtout, écrire l’email d’invitation. On a bien rigolé mais diantre c’était pas de la roupille de sansonnet.
Avec Gervaise (dont je conserve l’anonymat comme je suis gentille). Germaine devait chercher « occasion » dans le dictionnaire des synonymes (oui on a même sorti le dictionnaire des synonymes, attention !). Donc Germaine cherche dans les O comme occasion, et voici Gervaise :
-Non mais c’est dans les A !
Oui bien sûr bien sûr.

Après elles sont parties et on a eu l’honneur d’apprendre que Germaine aimait les chats avec des poils. Ce qui est rare, il faut bien le dire, un chat poilu, elle a des goûts de luxe.

Du coup avec pomme, après ça on a quitté cette atmosphère où les gens veulent écrire auccasion et on est allés au théâtre.
Les choses étant bien faites, on avait les places O7 et O8. La place O7 était à droite de la salle, rangée avec toutes les autres places impaires, et la O8 était de l’autre côté, avec les paires de son espèce. Non mais vraiment. Mais tellement nous sommes des rebelles, on s’est mis l’un à côté de l’autre aux places O4 et O2, hinhin.

Puis le lendemain nous sommes allés au cinéma, et regarde bien le avant/après :

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/36/27/14/18881409.jpghttp://www.commeaucinema.com/images/galerie/big/86651_cd0328f27c10d54f157cb82d4cf37ff5.jpg

Ça donne envie que les gens ils se prennent quelques années, nan ?
C’était Mensonges d’Etat qui était classe classe comme film.

Après on s’est reposés et on a joué à Mario kart et on a joué au tarot et à la belote et on a regardé Tout le monde veut prendre sa place, et tout un tas d’autres choses formidables.

Après c’était fini et pomme il est reparti dans sa Belgique sans son ‘rdinateur qui est mort et qui est chez le docteur des ‘rdinateurs (ou le vétérinaire ? Je sais pas).

Maintenant sagement je l’attends. Et j’attends ma note de paléographie jeudi (c’était plus qu’aisé je t’ai dit ?). Et je vais chez ma cousine pour fêter ses vingt ans avec moultes gens que je ne connais point. Et d’autres machins.

 

De krommlech.

Rangé dans Plein de trucs.

Voyage de nuit.

Jeudi, 13 novembre 2008.

J'aime bien prendre le train quand il fait nuit en hiver.

Quand il y a plein de buée sur les vitres qu'à chaque ralentissement du train, les gens s'efforcent de faire disparaître pour voir où on arrive. Ils frottent avec leur main au risque de la retrouver toute sale. Ils se penchent en avant, très concentrés, observent bien les signes distinctifs de chaque arrêt. À chaque fois ils voient que la nuit.
Ils tentent de pas louper leur arrêt, scrutent bien le paysage, et à un moment on entend une voix dans le train qui annonce la gare à son voisin. Ça se propage, les gens qui doivent descendre plus tard se rassurent, ceux qui descendent ici partent affronter le froid.

Et à chaque ralentissement, ça recommence, la buée qui est réapparue, les regards fébriles vers la nuit, le murmure et les gens qui descendent, les autres qui reprennent leur conversation, leur livre ou leur musique.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

La SNCF est mon amie, le retour.

Jeudi, 13 novembre 2008.

 

Aujourd’hui il s’est passé un truc extraordinaire. Qui sort de l’ordinaire, donc. Et je t’écris ça à 8h05 du matin, le monde appartient à ceux qui se lèvent à l’aube. Bon je le poste plus tard parce qu’entre temps je vais avoir cours et tout, mais l’idée est là, il m’est arrivé un truc extraordinaire avant 8h du matin. Comme à Erwann dans les Chansons d’amour, tout pareil (ou comment trouver une excuse pour mettre Grégoire-veux-tu-m'épouser en photo).

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/64/22/69/18840987.jpg


Ce matin je suis allée prendre le train-train quotidien, comme à l’accoutumée, et alors, le train part à 7h25.

Bon si tu vois pas la géographie de la gare (haha) de Rosières, et pas grand monde la voit, je t’explique grosso et modo.

Y’a les rails avec de chaque côté un quai, et au-dessus passe un escalier, et le long d’un des quai y’a le parking qu’on doit traverser pour accéder à l’escalier. Mon travail de fac d’historienne c’est de traverser le parking, monter les escaliers, traverser les rails en l’air, descendre les escaliers, attendre le train.

 

Aujourd’hui, j’arrivais à l’entrée du parking, et hop devine quoi ? le train-train quotidien se pointe tel le bolide. À 7h19. le train part à 7h25.

Ouais y’a une arnaque dans le potage, t’as remarqué aussi.

 

Bon y’avait trois cas de figure :
- Le train précédent était en retard. Normalement il passe à 7h12, alors c’était hautement probable avec la SNCF.
- Le train de 7h25 était en avance. Aussi étrange que cela puisse paraître, ça arrive à la SNCF, incroyable mais vrai.
- Ils avaient décidé d’une grève-surprise (surpriiiiiiiiise) comme celle de la semaine dernière dont personne a entendu parler (ou si peu de gens) et ils ont inventé un train à 7h20 pour le plaisir de perturber les usagers.

Du coup dans mon esprit j’avais une chance sur deux de louper mon train, alors prenant mon courage à deux mains, un pied devant l’autre, j’ai couru vers les escaliers.
Chose qui ne m’était pas arrivée depuis 1522 environ. En vrai depuis l’épreuve de course d’orientation du bac un samedi matin de mai 2006. D’ailleurs à cette occasion, l’orientation consistait pas en trouver des balises, mais plutôt à trouver le bon chemin pour éviter les limaces. Noé et compagnie c’était de la gnognotte à côté de courir sous la pluie battante dans une forêt avec des lunettes. Trop l’esclaffe.

Bref tu l’as compris (ou pas, mais je t’en veux point), le truc extraordinaire est que j’ai couru pour attraper mon train. Depuis que je prends le train plein de jours par an pour aller m’instruire à Nancy, soit depuis 2003, c’la première fois de mon existence que je fais ça.
Ma logique serait plutôt : ben si je loupe celui là, je prendrai le suivant. Sauf que là nan, je suis une élève sérieuse, je rate pas les cours (enfin pas beaucoup)..

Finalement avec la tasse qui me caractérise, c’était le train d’avant qui avait du retard, à cause du train d’avant-avant qui avait aussi du retard. Mais il est arrivé à l’heure du train que je prends d’habitude, alors tout s’est arrangé.

Sauf que j’avais pas fini la débauche de sport.
Mais ça je te raconte pas parce que j’ai un partiel de paléographie-youhou à midi et je dois faire semblant que je me prépare. La paléographie-youhou c’est rigolo, à chaque fois qu’on fait une faute de transcription, genre tu oublie un c là où personne en mettrait mais l’auteur si pour le fun, y’a un point qui dégage. Et on en a que 20 en tout des points. Paléographie-youhou !

De krommlech.

Rangé dans Pas douétitude innée.

Association d'idées fulgurante.

Mercredi, 12 novembre 2008.

Tout à l'heure j'ai eu une association d'idées fascinante où pomme mourrait dans une effusion de sang. T'inquiète pas, c'est pas un accident de voiture ou quelque chose tragique du genre, c'moi qui l'assassinais, rien de bien grave.

Je sortais de cours, où le prof à la fin de l’heure nous a dit merci.
Ça ça me semble fantastique, le prof au lieu de dire "à la semaine prochaine" ou "bonne soirée" (il était 19h dans l’ensemble), il dit "je vous remercie".
Un peu comme si c’était un honneur pour lui qu’on daigne lui accorder une heure de notre temps pour entendre parler de Tenochtitlan et du tlatoani. En fait c’est juste qu’on a le partiel à la fin du semestre et donc c’plus facile de venir en cours pour pouvoir disserter deux heures sur Teotihualcan et tout, là.

Bon bref, je sens que tu meurs de suspens à propos de l’affreux trépas de pomme.

Alors le prof nous remercie, je range mes affaires, je virevolte dans les escaliers, je gambade dans la rue, telle la fille qui doit se dépêcher d’attraper le bus si elle veut pas dormir sous un pont nancéen, pour exempler (en vrai ma moman se sustentait Nancyquement ce soir avec ses potines, mais chipote pas). Je marchais dans la rue donc, et juste devant moi y’avait trois jeunes hommes qui marchaient trop lentement, alors je les ai dépassés.
Et pendant cette opération, j’ai eu tout le loisir d’entendre des bribes de leur conversation (passionnante).
La seule chose que j’ai retenue, et c’est le point de départ de mon association d’idées fascinante, c’est qu’ils mettaient des "gros" à tout bout de pré.
Tu saisis de quel genre de gugussons je te parle. C’était dinguot, en fait, ils mettaient même pas un "gros" à chaque fin de phrase, mais carrément à chaque virgule. J’étais impressionnée tu penses bien.
Euh au lieu de respirer quand ils mettaient une virgule, bah ils mettaient un "gros". Du coup je pense qu’ils respiraient pas. Ça doit être pour ça qu’ils marchaient si lentement.

De ce fait  je me suis plongée dans ma réflexion, et je me suis demandé comment ils pouvaient bien appeler leur copine, est-ce qu’ils réussissent à pas mettre un gros tous les quatre mots quand ils leur parlent ?

Réflexion, réflexion, et je me suis dit qu’ils avaient bien une tête à appeler leur copine "bébé" ou un truc offusquant du genre. Enfin tu peux aimer le genre, je t’interdis pas, entendons-nous bien. Carlos Solis il aime bien et je le vis sereinement.
Pour ma part rien que quand on parle de pomme en me disant "ton chéri" j’ai des sueurs froides, tu vois le niveau. C'pas mon chéri, c'est pomme de pin.
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b1/Pine_cones%2C_immature_male.jpg/346px-Pine_cones%2C_immature_male.jpg

D’ailleurs tu noteras (ou pas, si tu nous vois jamais ensemble avec pomme) que jamais de mon existence je l’appellerai mon chéri, mon amour, mon lapin, mon poulet gélifié ou que sais-je encore. Plutôt je l’appelle pomme, Maour ou scrogneugneu. Des trucs plus constructifs dans l’ensemble.

J’en reviens à mes ovins, t’inquiète pas.
Alors j’en étais venue à la conclusion que ces types appelaient sûrement leur copine "mon bébé", et j’ai imaginé durant un instant de pure terreur que pomme essaye de m’appeler comme ça un jour.

C’est là qu’arrive la partie où il meurt dans d’atroces souffrances, t’as bien fait de patienter.
Je me suis donc dit que si un jour si funeste arrivait, je réglerais le problème en lui plantant une petite cuillère dans la carotide. J’ai pas choisi le moyen le plus facile mais c’est pour que ça marque bien son esprit. Dans les dernières secondes qu’il lui resterait à vivre.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Et aller chez Glup's !

Mardi, 11 novembre 2008.

Je suis d'humeur à te raconter mon palpitant week-end, vois-tu. Même que c'était même pas un week-end vu que je suis allée en cours hier. Mais avant y'avait samedi et dimanche et ça c'était le week-end. Donc quand même je peux te raconter mon week-end.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Dessins/G4461C6492E5F6.gifComment je faillis mourir crisecardiaquée à cause de divines mesdemoiselles qui me sont tombées dessus sournoisement avec la sournoise complicité de pomme de pin pour que je meure, pour me faire une surprise pour mon nannicversaire et pour m'offrir des cadeaux.
C'était carrément cool.
Comment dimanche chez mère-grand on a mangé plus que pendant mille ans les gâteaux de Vévé-mon-popa pour mon nannicversaire et les trucs apéritifs et tout et tout, et bu de la bière belge vu que pomme est un Belge de la Belgique naturellement.
Comment on a du se lever trois fois au milieu de la nuit pour découvrir derrière quoi miaulait Minito, la porte numéro un, la porte numéro deux ou la fenêtre ? Forcément il était derrière le truc qu'on a regardé en dernier, non mais on est nyctalopes caméraux avec pomme donc tranquille.
Comment j'ai une preuve ultime que je raconte pas de mensonges à propos de Rouquinou et qu'il git vraiment dans la cabane à cigognes.
Comment on est trop doués à Mariokart Youguette, Elo, pomme et imou, mais vraiment bons. Devine pour combien des personnages précédemment cités cette sentence est ironique, hop hop. Tellement bons que pomme a failli se suicider pour cause de désespoir tellement les lignes droites ne sont pas mes amies et les murs par contre, viens ici que je t'embrasse les murs.
Comment je fus plus gâtée qu'une pomme pourrie par diverses gens de mon entourage à un instant d'anniversaire, et même que maintenant merci bien mais je sais plus quoi lire en premier, entre autres tourments qui me hantent.
Comment on pense que j'ai pas de vraie vie parce que je suis pleine d'allégresse si Tindomerel l'illustre commente mon blog et m'ajoute à ses amis de Facebook. NON MAIS ATTENDS LA CLASSE ! J'ai commencé à lire son blog au même moment que j'ai connu pomme de pin le scrogneugneu, haaa tu vois ça commence à dater. Et depuis j'ai loupé zéro de ses articles et même que j'ai lu tous ceux qu'elle avait postés avant. J'te jure, la classe classe. En plus j'ai une vraie vie quand même, vu que je me suis extasiée devant mes amis de la vraie vie (dont un qui vient de l'internet, amis arrête de chipoter quoi).

Le problème est que j'ai oublié mon appareil photo chez mère-grand, et donc la preuve ultime que Rouquinou git vraiment dans la cabane à cigognes est chez mère-grand aussi (elle cuisine mieux que moi, c'pour ça), et donc je peux rien te raconter, ça me bloque.

Et je dois regarder Grey's Anatomy aussi.

Et pomme a laissé la Wii dans la maison des dalmatiens de la montagne.

Et je t'ai dit que j'hésitais entre mille livres à lire là ?

De krommlech.

Rangé dans Plein de trucs.

surprise !

Samedi, 8 novembre 2008.

Aujourd'hui, ce blog a failli perdre sa propriétaire pour cause de crise cardiaque avant l'heure ^^. Lizou, Elo, Anne So et moi on avait décidé de faire une petite surprise à émil ( grâce à son chéri aussi, merci Nicolas ! ) et on lui ait tombé sur au milieu de la foire d'automne. C'était très sympa cette idée ^^. J'espère que ça t'a plu Emil.
Plein de bisous !

De lisaewilan.

Rangé dans Saperlipopette.

Le point sur le Y.

Vendredi, 7 novembre 2008.

Petits poteaux je blablate vite fait par ici, parce que j'ai un million de choses à faire (un vaccin, tousser, regarder Gossip Girl, tousser, et un peu tousser).
Bon alors pomme de pin le scrogneugneu arrive dans pas longtemps dans la maison des dalmatiens de la montagne, et comme dans l'armée Belge ils travaillent de moins en moins (j'te jure, c'est dinguot), ben il fait le pont de la Saint Martin et donc il reste jusqu'à mardi soir.
 
http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Dessins/Geluckphilosophie.jpg

Ceci amène plusieurs élèments :
- Je vais probablement mourir de suspens avant dimanche, rapport au fait que j'ai pas le droit de connaître le programme de demain avant euh, demain, et que je suis suspensophobe (une valeur sûre cependant : Youguette et Elo mangent dans la maison des dalmatiens de la montagne demain soir, youhou !). C'est le jour surprises-pour-l'anniv-d'Emil de la part de pomme, tss tss.
- Ben je vais pas poster d'article avant mardi soir ou mercredi, ça semble logique comme une énigme de Sherlock Holmes.

Mais là, comme chez monsieur Cowblog ils sont super, figure-toi qu'aujourd'hui même ils ont remis le mot de passe invité ! Ouais, ouais !
Donc, bah, j'ai pas changé mon mot de passe invité qui git sur le côté là dans le menu, et pour "mais comment fait-on donc pour se connecter sur un blog en tant qu'invité ?", va voir .
Le point est que les non-Cowbloguiens peuvent pas poster (je te dis ils deviennent sectaires), l'autre point est qu'on peut avoir un compte sur Cowblog sans avoir de blog (je percute pas le principe, mais c'possible !).
Pour les humains qui sont co-auteurs sur mon blog, bah euh pas la peine de passer par le mot de passe invité, du coup.

Alors il apparaît mauvais marché que si tu es chanceux et bien sage, peut-être une bonne âme va venir poster un article ici, qui sait ?

Et pour ma part je reviens la semaine prochaine te raconter des avnetures qui manquent de palpitant, mais que je els aime bien quand même ! Pour exempler, la preuve par douze que dans la Marine belge ils travaillent de moins en moins, et la vie passionnante de Kromkrom et Minito (et peut-être même Rouquinou (je sais ça te passionne la vie des chats à travers les âges)).

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Les deux choses à attendre.

Jeudi, 6 novembre 2008.

Bon d'ici la fin de l'année il va se passer deux trucs hypra-chouettes dans ma vie.
1. Je vais prendre l'avion pour la première fois de mon existence.
2. Ledit avion va me mener vers l'Egypte (je ne te rappelle point l'époque où j'envisageais d'être égyptologue, avant de découvrir qu'il fallait un doctorat plus parler quatre langues minimoum plus un tas de choses que je sais pas faire genre dessiner-haha, et qu'au final il fallait être pistonné aussi).
 
http://cache2.asset-cache.net/xc/83154244.jpg?v=1&c=NewsMaker&k=2&d=3DAEE4902CCC62AC1CF9DEF2F6BDB709

Du coup d'ici la fin de l'année j'attends deux choses avec une impatience de cabri (j'ai décrété que le cabri était impatient) :
1. Aller passer Noël en Egypte avec pomme (même sans pomme ça l'aurait fait, je ne te dis que ça (mais avec pomme c'est mieux, hein, commence pas à surinterpréter ce que je dis pas)).
2. Aller manger des frites à Waterloo.

Ouais parce qu'en fait pour l'avion je vais devoir me lever super tôt et réviser mes cours, alors au final, hein.
Non je plaisante.

C'est juste que si je devais garder un péché capital je prends la gourmandise vite fait bien fait (si tu me reposes la question quand pomme est là je prendrai la luxure à la place (haha)).

En tout sérieux, quand on disait "avoir l'eau à la bouche" je croyais que c'était une expression, et que la salive arrivait jamais telle la marée sur le parking du Mont de Michel le saint, mais en fait en juin la famille des joyeux Belges a eu le malheur de m'emmener à une baraque à frites là (tout comme dans Bienvenue chez les ch'tis).
C'était à Waterloo où Nap' a eu la honte au pénultième siècle, maintenant ils vendent des frites au curry DES FRITES AU CURRY !
Ils vendent des frites à autre chose aussi, dont ce curieux mékange ketchup-curry, non mais vraiment pourquoi vouloir avilir le curry ?

Donc voilà l'avion il fait pas le poids fasse à des frites au curry dans un cornet, j'ai envie de dire.  Bon OK il me fait voler telle la mouche, mais qui dit que je vais pas réussir à dompter mes frites qui deviendront des frites savantes, qui attraperont mes cheveux et me feront m'envoler dans les airs, sans la carlingue tout autour ?

Sinon ce matin je pensais à quel point ma vie est merveilleuse et tout, et figure-toi que pomme pour ternir mon plan s'amuse à me rappeler qu'il est marin et qu'il peut partir six mois en mer dans moins d'un an, t'as pas une pelle pour que je lui en file deux trois coups vite faits ?
Nan je plaisante, file-moi une tondeuse, je le rends chauve comme ça il pourra plus être dans la marine, HAHAHA.

Ben je m'en fous espèce de crou marin, je vais manger des frites au curry dans six semaines, voilà.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast