Il est où ?

Mercredi, 12 décembre 2007.

Ça m'embête je trouve pas sur internet un poème d'Eluard que j'ai appris en CM2 et que j'aimais bien, où le trouvé-je, où le trouvé-je ?
Tu le connais, le Visage de la Paix ?

"Je connais tous les lieux où la colombe loge,
Et le plus natuel est la tête de l'homme.
L'amour de la justice et de la liberté
A produit un fruit merveilleux
Un fruit qui ne se gâte point
Car il a le goût du bonheur."
Etc, etc.

Bon tu vois je sais pas où les vers commencent, s'arrêtent, rapport au fait que comme je te l'ai dit je l'ai appris en CM2 et depuis de l'eau a coulé sous les ponts et 9 ans ont coulé sur mes épaules.

Et d'ailleurs je sais plus si c'est "pas" ou "point" après "gâte" et ça a le chic-choc pour me tapoter sur le système de pas pouvoir vérifier, vu que je le trouve pas sur internet, tss, tss, tss.
Mais "point" ça sonne plus chouette je trouve.

C'est parce que j'entends Gainsbourg qui parle de Verlaine et ça me fait réciter Strophes pour se souvenir,d'Aragon, et je repense à ce poème d'Eluard que je cherche, dans la foulée, mais Verlaine, néant, cherche l'erreur.



Tout à l'heure j'ai reçu un message qui dit "J'aimerais qu'on parle parce que depuis quelques temps je te trouve très distante" (langage SMS, au revoir !), et dans l'ensemble je trouve ça plutôt drôle quand je me reproche dans les une fois par jour ou bidule du même acabit d'être distante avec, disons, tout le monde moins un, depuis, re-disons, le mois de juin.
Et ça me rappelle que l'année dernière une bonhommette a un brin beaucoup reproché à un monsieur de ma connaissance de délaisser ses amis et un an plus tard, je pourrais m'accrocher une pancarte avec écrit "fais ce que je dis, pas ce que je fais" sur le torse (j'aurais bien dit sur le front mais y'a pas assez de place j'ai pas un géant front tu comprends).
Mais j'oublie personne, hein, juste je pense plus à que je ne parle avec, je dirais.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Les pistaches sont bleues.

Mercredi, 12 décembre 2007.

Ha bah aujourd'hui c'était LE jour où on a repris les cours.
Le vrai, pas celui où on croit que mais en fait les bloqueurs ils sont drôles et ils continuent à bloquer et on s'est levés pour rien d'autre que passer 2h30 dans un amphi à écouter des gens dire des inepties.
Nan, celui où tu arrives devant la fac et tu lève les yeux vers le bâtiment, et il y a de la lumière dans des salles de cours dis donc (bon pas trop hein, il était 7h45 juste). Et même que tu peux entrer dans le bâtiment, et même que tu vois ton prof entrer dans la salle et tout ça, comme pour de vrai.

Mais quand même c'était une journée avec la formule soft, tu sais la formule "pour une heure de cours vécue, une heure de trou offerte".
Ça donne une petite alternance "monter au quatrième étage en cours", puis "redescendre au rez-de-chaussée à la/au BU/cafèt/RU".
Donc c'est bien j'ai fait du sport j'ai monté 13 étages (12 plus les heures sup' qui sont accompagner Youguette constater qu'il y a rien d'intéressant sur le panneau d'information de sa licence), j'ai musclé mon poignet à prendre des notes, la vie estudiantine dans toute sa saveur.

P'is je vais pas palabrer mille ans là-dessus hein, dans l'ensemble on s'en fout.
Et d'ailleurs quand j'y pense on va se foutre également de la suite, mais c'est pas ça qui va m'empêcher de palabrer, ne nous imaginons pas une bonhommette clémente.

Hier soir dans la voiture de moman, à un rond-point (le rond-point à fou rire, pour ceux qui connaissent), mon cerveau m'a dit :
"Le GPS est le meilleur ami de la femme."
J'ai pas cherché à comprendre le pourquoi du parce que, à la place je me suis dit que Jean-Paul Rouve je l'aime.

Nan mais cette histoire de GPS était totalement hors de propos de n'importe quelle pensée qui aurait pu vagabonder dans mon esprit à ce moment là, c'est comme le "Lustucru" qui arrive inopinément ou rêver que je parle sur MSN avec Nicolas Sarkozy, c'est du mystère sans le coeur de meringue.

Sinon la petite blague qui consiste à sortir moults films qui ont l'air très très chouettes, juste avant Noël quand tout mon argent est englouti en cadeaux, ou juste après Noël, quand tout mon argent a été englouti en cadeaux, c'est pas que je trouve ça sadique, mais je trouve ça sadique quand même.
Tu vois par exemple l'ami Sean Penn qui s'amuse à sortir un film qui a l'air hyper nic-nic, et p'is Tim Burton aussi, avec Johnny Depp forcément, ça c'est juste les deux qui sont à marquer en gros et en rouge dans mon agenda et à entourer d'une couleur-qui-fait-mal-aux-yeux (le jaune fluo est mon ami).
Nan je plaisante, ça doit faire depuis le mois d'octobre que j'ai pas ouvert mon agenda, il est dans mon sac juste pour le calendrier et le numéro des départements (un jour j'ai décidé que je les apprendrais tous mais j'ai jamais fait, et là c'pas bien). Je vais juste retenir et c'est bon.
Et dans l'immédiat faudrait pas louper la Croisée des Mondes (mais c'est prévu que non), c'est pas comme si j'étais tombée amoureuse du bouquin il y a quelques années alors que j'étais jeune, innocente, et fan d'Orlando Bloom (ça peut arriver à tout le monde, hein).
Après y'a tous les autres parce que je t'ai dit qu'il y en avait moult, mais j'ai pas envie de me mettre à baver sur mon clavier ou vider mon compte en banque garni de quelque argent RÉSERVÉ POUR LES VACANCES, alors je vais arrêter le délire à la Tantale, n'est-ce pas.

Les barres de sésame au miel, c'est bon, sinon.

De krommlech.

Rangé dans Plein de trucs.

C'est encoooore moi.
Oui en fait je pouvais pas t'abandonner pour aujourd'hui sans te montrer la chouettitude de l'évènement qui vient de se produire sous mes yeux ébahis.

Tantôt j'ai donc posté mon articlounet pour te raconter que j'ai failli mourir, et une fois qu'il a été posté, je suis renvoyée vers la page de Cowblog et qu'est-il apparu sous mon oeil (le droit) ?
Je te le donne en quatre mille :



Saperlipopette d'ailleurs, entre parenthèses, je vais devoir payer le Premium bientôt, peut-être popa va-t-il encore se montrer généreux pour les trois prochains mois, sait-on jamais.
Sinon je vais devoir amputer mon crédit d'1.50€ ou mon compte en banque de 3€ et je peux m'en passer efficacement, je te le promets.

Mais bref on s'en fout c'est pas ça l'important, et d'ailleurs l'important est tellement important que j'ai sorti LA LOUPE pour te montrer, des fois que tu sois passé à côté le premier coup.
La loupe de 'rdinateur, hein, pas la loupe dont mère-grand se sert pour bien voir son modèle de nappe en crochet quand elle crochette.
En fait j'avoue je m'en suis servie pour la première fois de mon existence (de la loupe, pas du modèle de nappe en crochet, des fois que tu te sois perdu dans mes élucubrations) l'autre jour lorsque je n'avais plus de voix, et c'est très amusant je trouve (on s'amuse comme on peut dira-t-on).

Donc si je trouve une occasion de m'en servir, tu penses bien que je vais pas me priver, on est pas chez les euuuuuuuh je sais plus lesquels se privaient là, mais on a qu'à dire les moines cisterciens pour exempler.



Oui oui oui, 311 articlounets !
Bon, 312 maintenant mais toutes les bonnes choses ont une extrémité.

Je te rappelle ou t'apprends (je suis pas pédagogue, tu feras sans), si t'es pas au courant, que 311 est mon nombre d'amour, 3h11 mon heure d'amour, tout ça tout ça, et ça n'a aucun rapport avec le fait que je sois née un 3 novembre bien évidemment, t'imagine rien.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Bonjour, mauvais marché !

Aujourd'hui, j'ai failli mourir.

Au revoir, mauvais marché !
Ou Tot ziens comme diraient les gugussons de la langue des doubles voyelles à profusion.




Je te mets quand même une image pour la peine.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Cache-cache.

Mardi, 11 décembre 2007.

Haha, t'as vu un peu l'esclaffe, je teste ta malignité et l'intensité de ton envie de lire les n'importe quoi que j'écris en faisant un parcours du combattant.

Limite c'est cache-cache par ici, je cache-chache les articlounets, on peut dire que ça déménage au niveau de nos zygomatiques.
Mais tu avoueras que si j'avais mis l'explication du pourquoi du parce que de la faillite de ma mort en-dessous de l'article t'aurais bien vu après le "au revoir" que c'était pas été fini, et je te demande bien l'intérêt de ruser telle la siouse si tout le monde percute l'astuce d'un simple coup des yeux.

Mais revenons-en à nos ovins.
Aujourd'hui, j'ai failli mourir, disais-je.

Nan je plaisante hein, mais j'étais quand même pas loin de crisecardiaquer, rapport au fait que je rentrais tranquillement à la maison des dalmatiens de la montagne, quand tout à coup (c'est pour l'élément perturbateur, comme en primaire "tout à coup" ou "soudain") j'ai entendu une voix s'élever des profondeurs de la Terre.
Pas du tout, c'est juste deux types qui passaient dans une voiture à côté de moi et le passager m'a adressé la parole, et forcément je m'y attendais pas, alors j'ai bondi tel le cabri et après je me suis cachée dans mon écharpe pour rire de ma prore bêtise, c'est mignon.
Le type il m'a dit "tu me passes ton numéro point d'interrogation" et après la voiture a roulé roulé et a tourné au coin de la rue, si j'avais eu l'intention de leur filer j'aurais du leur courir après dis donc.

Tu t'es donc fait du souci pour néant, j'ai même pas failli mourir pour de vrai.
Mais d'abord c'est de la faute d'Asiaflash qui a dit un jour que j'étais sadique, alors que veux-tu, chasser le naturel il revient tel un poney.


De krommlech.

Rangé dans

Le sapin est tout nu, des fois.

Lundi, 10 décembre 2007.

Chez nous c'est chouette on a installé le sapin de Noël, et souvent, y'a pas de boules dessus.
Déjà l'idée des guirlandes on a abandonné.
Les boules, on peut les regarder le soir c'est joli, sinon dans la journée pour les voir il faut chercher un peu partout par terre dans la maison, ou se fier au bruit.

Il est mignon, hein, le petit chat. Mais alors il met un sacré capharnaüm (haha) dans la casbah. Avec Kromkrom qui passe ses journées à dormir sur mon lit, on avait oublié qu'un chat ça pouvait avoir d'autres prétentions qu'être levé uniquement pour aller se sustenter.

Jamais on verrait mon Bidou escalader une jambe à coups de griffes (c'est une activité qui fonctionne quand l'humain est assis ou debout, avec ou sans pantalon, très divertissante) ou monter sur la table quand on est en train de manger, ou autre activité aussi fatiguante.
L'adjectif "fatiguante", comme son nom l'indique, caractérise les activités qui ne sont pas approuvées par Krommlech.

Par contre le mini-chat lui il aime bien, courir, faire des bonds, donner des coups de griffe un peu partout et mordre (il fait ses dents, allez, tous en choeur : YOUPIIIII).

Du coup, bah on a un joli sapin avec de temps en temps des boules dessus.

P'is sinon, il est mignon quand il dort ce mini-chat.
Bon d'accord il est aussi mignon quand il met un sacré capharnaüm.



Il essayait d'attraper la dragonne de l'appareil photo, là,
c'est pour ça qu'il est toutes griffes dehors.

De krommlech.

Rangé dans Photo-photo.

Alors là, tagada tsoin-tsoin, ou je sais pas comment dirait l'autre, mais on peut dire que niveau exécution des désirs je suis servie.
La Fortune est ma potine, c'est ça l'astuce je crois.

Bref, je t'explique le pourquoi du parce que.
Tu te souviens tantôt avant de monter travailler (si t'as déjà lu, hein, sinon tu verras ça l'article du dessous dès fois que tu aies envie d'ee lire un autre après lui) je t'ai dit que j'avais envie de couleurs et tout ça en ce moment, et même qu'une autre fois je t'ai dit que ma chambre manquait de couleurs chouettement joyeuses.

Et alors, mise en situation :
J'étais attablée à la table (logique) du salon, en train de lire et surligner allégrement des informations capitales sur les jansénistes, le mini-chat sur les genoux pour éviter qu'il escalade mes jambes à coups de griffes dans le jean (son péché mignon), quand dring-dring, entendis-je.
Ni une, ni trois, je me précipite vers mon ami le téléphone.
Mais en fait c'est quelqu'un qui me dit Allô Mme D. point d'interrogation, et j'ai répondu que je suis sa fille et il avait l'air désappointé, mais en fait pas trop non.
C'juste qu'il voulait s'assurer qu'il y avait des gens à la casbah cet aprèm pour réceptionner des fleuuuuuuuuurs qu'il doit livrer à Mme D. Emilienne.
Haha, en fait il voulait pas parler à ma moman mais à imou, sauf qu'il le savait pas le pauvre homme, il croyait que j'étais Madame.

Du coup le mini-chat posé sur mon bras et le sourire posé sur mon visage, hop, hop, je suis allée me remettre à étudier les jansénistes et leurs non-poteaux les protestants en attendant l'autre dring-dring, la sonnette, qui n'a pas tardé à surgir hors de la nuit tel Zorro (je suis passée en mode n'importe quoi, ne pas s'alarmer, s'il te plaît).

Même que mon popa il a dit en voyant les fleurs qu'il fallait pas que je le laisse partir, Nicolas (j'en avais pas la moindre intention, ça tombe pile poil poule).

Et voilà maintenant j'ai de nouveau un joli bouquet de fleurs plein de chouettes couleurs dans ma chambrette à regarder dès que mon cou pivote vers la gauche (quand je suis sur l'ordi, mais vu que dans ma chambre je suis soit sur ma chaise de bureau soit sur mon lit, et que quand je suis sur le lit souvent je dors), et un charmant monsieur à remercier de mille feux.

MERCIIIIIIIIIIIIIIIII m'sieur mon fiancé =)



Ha oui, je dois te signaler en passant qu'en plus d'être charmant, ce demi-ange est dingue, de la catégorie des dingues, comme tu peux t'en rendre compte par ici (c'même pas moi sur la photo, hein).

P.S : (hors-sujet évidemment) Voilà j'ai fait une bannière plus appropriée (mais pas belle pour autant), Paint est mon ami tellement je suis douée en informatique et en dessin. Plus qu'(à changer quelques bidules et ça sera tout fini.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Lustucru donc.

Lundi, 10 décembre 2007.

Voilà on a qu'à dire que j'ai fait un nouvel habillage (comme on me l'a demandé, si je suis pas gentillette).
Il a plein plein de couleurs, vu que j'ai des envies de couleurs en ce moment.

Et le logo il est niouk et il va pas avec le reste mais là il faut que j'aille travailler un tantinet sur la politique après, et AVANT le Front populaire (vive l'ordre chronologique) alors je verrai ça plus tard, si tu le permets (et si tu le permets pas, même tarif).
Je l'ai appelé Lustucru, cherche pas y'a rapport avec néant mais je me suis demandé comment j'allais l'appeler et le premier mot qui m'est venu à l'esprit, c'est Lustucru.

Sinon, tu sais quoi, je vais peut-être reprendre les cours mercredi, si c'est pas la joie dans les igloos ça.

Bon p'is sinon, si tu sais pas jouer au tarot tu percutes pas le délire, mais j'ai envie de t'en faire part, hier, on jouait (tarot à 5), et mon jeu c'était 9 coeurs et 6 atouts.
Trois coupes franches et les 17, 18, 19 et 20 d'atout, si ça c'est pas un peu la classe quand même.

Bref, nouvel habillage donc, mais avec le logo pas fait (si t'as une idée d'ailleurs, je prends).

De krommlech.

Rangé dans

Faire un article sur nous.

Lundi, 10 décembre 2007.

Faire un article sur nous.

Déjà pour commencer un article sur nous, j'te laisse deviner de quel "nous" je parle, je me dois de faire des avertissements d'usage.
Si tu es célibataire et que tout ce qui ressemble à un couple dont une des moitiés n'est pas toi te donne des envies de machette décorée aux intestins, lis pas le ci-dessous je tiens à mon non-trépas.
Et si tu veux pas lire un truc gnangnan, dans le doute, lis pas. Je sais pas tellement ce que je vais mettre dedans mais ça risque de l'être, hein, en toute logique.

Ha oui avant de poursuivre, je te préviens d'avance que j'ai envie de parler de montgolfière, alors si par hasard à un moment y'a aucun rapport avec le reste t'inquiète pas, dis-toi que c'est une pause.

Bref, faire un article sur nous.

Un article sur nous, ça devrait comporter une photo de nous, mais c'plutôt balot, j'ai point l'envie d'exposer mon angélique visage pour l'instant, j'espère que tu t'en remettras (mieux que si je l'avais exposé en tout cas).

Un article sur nous, ça doit parler de nous. Mais "nous" en tant que les demi-personnes que nous sommes devenues, pas celles que nous sommes à part entière chacune de notre côté, sinon ça a moins de saveur.
Mais histoire de sortir de l'humanité, on a décidé (arbitrairement) qu'on était pas des demies-personnes, nan on fait le niveau du dessus, on est des demis-anges. Rien que ça.
Mais en fait si tu veux une explication démystificatrice, c'est parce qu'on a une aile chacun, donc à nous deux on est un ange (on aurait pu choisir un perroquet ou une autruche, mais bon, question de mignonnitude, tu comprends). Enfin en l'occurence, un L chacun plutôt.

Donc voilà, je peux te parloter quelque peu de deux demis-anges, on vole pas mais peut-être qu'un jour on fera un vol en montgonlfière et ça réglera le problème (ha bah voilà je t'avais prévenu).
Non mais en fait je dois t'avouer avant de continuer c'est ma nouvelle lubie le vol en montgolfière, je m'imagine bien en train de m'extasier au-dessus de champs, on a les envies qu'on peut, hein.



Revenons-en à nos moutons à moitié volants.

On a qu'à dire qu'on a une originalité, en plus d'être des demis-anges, et que je vais te la livrer en quatre mille dès maintenant.
D'ailleurs si tu passes par ici, voire, soyons dingues, que tu me (nous) connais pour de la vraie, tu t'en es rendu compte toi-même, mais on a réussi à se fiancer avant même d'être ensemble, et encore plus que mieux-mieux, avant même de s'être déjà vus, et ça avoue, c'est la méga-classe de l'optimisme-réalisme (ce dernier tronçon de phrase ne signifie rien, cherche pas à percuter Isidore).
C'est drôle hein, d'être fiancés un mois et demi avant de véritablement former un couple.

Sinon à part se fiancer par téléphone et par SMS (encore plus original hahaaaaa ! La question posée par téléphone, la réponse donnée par SMS pendant la conversation téléphonique), on fait d'autres trucs un tantinet bizarres, et je sens que tu meures d'envie d'apprendre lesquelles, alors soyons généreux je t'en livre une ou six.

Pour exempler, on arrive à se faire des débats, dénués d'arguments, en faisant les questions-réponses par appuyage sur le nez.
L'astuce c'est que son nez est un bouton à "faux" et que mon nez est un bouton à "vrai", c'est bien pratique pour débattre sans trop réfléchir.

Des fois on se fait des débats avec des arguments, aussi, quand même, mais maintenant j'hésite, la dernière fois jeune homme mon fiancé m'a relancé mes arguments contre moi, et si en plus de me trouver des arguments, je dois trouver les contre-arguments à mes propres arguments, on est pas sorti de la petite maison dans la.

On arrive bien à se donner des surnoms mignons comme "mon enveloppe" ou "mon arbre" ou tu vois un peu l'esclaffe, aussi, tout est dans le romantisme.

Et puis des fois on a des conversations élaborées qui consistent à citer les mots qui nous passent par la tête l'un derrière l'autre, mais au bout d'un moment après j'ai fini l'alphabet et ça s'arrête, et ça repart pas avec Mars (parce qu'on est en décembre, HAHA que je suis désopilante).

Oui en fait l'histoire quand tu as un n'amoureux qui vit dans un tréloindistan de la blague, c'est que le "nous" se résume surtout à des mots.
À des mots mais aussi à des trucs de touristes comme Bruges ou Bruxelles ou Verdun ou Paris, photo photo comme c'est joli, des week-ends et des bouts de vacances passés à moins de 4cm l'un de l'autre, si c'est plus loin on se manque.
Mais surtout à des mots. Des mots dits, écrits, murmurés, tapotés, parfois criés quand la surdité s'abat sur nos épaules (quand les nouvelles technologies se jouent de nous, plutôt).



Du coup, des mots, quand il faut en donner pour parler à quelqu'un d'autre du nous et des demis-anges que nous sommes, comme maintenant, ils se cachent espiéglement au fond de je-ne-sais-où, mais certainement pas vers la page de traitement de texte, ça vient moins facilement que quand il faut parler de tissu-tige ou de blocage de fac.

J'imagine bien parler de nous à m'sieur mon fiancé, parler de nous toute seule dans ma tête (oui j'aime bien me faire des conversations avec moi-même (nan je plaisante, en fait je pense mais je m'auto-parlote pas)).
Pour les autres il reste des anecdotes, des projets, des remarques, mais ça parle pas vraiment de "nous", ça nous représente plutôt.

Et là, voilà, faire un article sur nous, c'est un peu comme faire un article sur mon mollet (oui j'aime les comparaisons flatteuses), ça fait partie de moi mais c'est pas pour ça que j'ai de grandes choses à dire sur le sujet.
Je préfère vivre avec, et puis en parler quand il se passe des choses à raconter, comme un voyage à Paris ou une crampe, et garder ce qui se passe de naturel égoïstement au fond de ma mémoire pour sourire toute seule quand je le vis et quand j'y repense.

En fait "nous" se résume surtout à des mots, mais aussi à des projets d'avenir, et quand ils se réaliseront, à ce moment-là je pourrai te reparler des demis-anges que nous sommes.

Donc faire un article sur nous.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

À propos de coton-tige.

Dimanche, 9 décembre 2007.

Est-ce que tu penses que quelqu'un s'est déjà penché sur l'idée de tissu-tige ?
Tu sais, ce serait comme un coton-tige (mais il faut dire bâtonnet ouaté pour de vrai), sauf qu'à la place du coton tu l'auras compris y'aurait du tissu, et à la place de jeter à la poubelle parce que c'paaaas bien, c'pas écologique, tu le laverais et hop ! Réutilisable.
Un peu comme les gants de toilettes c'est mieux de les utilser plutôt que de prendre des carrés de coton pour se mlaver le visage, c'est des gestes écologiques et tout ça, ben là on utiliserait les tissu-tiges.

L'idée m'est venue en utilisant un carré de coton pour me laver le visage plutôt qu'un gant de toilette, puis un coton-tige (mais il faut dire bâtonnet ouaté pour de vrai), et de jeter le tout à la poubelle.

Ma vie est grandiose.

De krommlech.

Rangé dans Point d'interrogation.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast