C'est parti le kiki.

Lundi, 26 juillet 2010.

Jeune personne de France ou de Navarre (et aussi vieille personne, je suis pas sectaire), je suis venue te dire pas que je m'en vais, parce que ça a déjà été fait, mais plutôt que tu vas avoir guère de mes nouvelles dans les moments à venir.

Je veux dire, encore moins que maintenant, quoi.

Si tout se passe comme sur des roulettes (la première fois que j'ai réussi à faire du vélo sans roulettes, j'étais dans le garage, alors il fallait tout le temps tourner, c'était malaisé (j'ai le goût du challenge (en fait non))). (Je crois que je t'avais déjà raconté ça.)

Donc si tout se passe comme sur des roulettes, disais-je, ce soir je décanille chez Jacques voir s'il y est (vaut mieux, j'ai pas les clefs, je serais obligée de squatter chez la voisine), ensuite je vais pique-niquer dans les Vosges, ensuite je vais voir, en compagnie d'autres gugussettes, Johanne, tout droit revenue du pays des doubles voyelles à profusion, ensuite je vais au cinéma normalement, ensuite je passe le week-end avec Adiboux, ensuite lundi c'est relâche mais après possible je pars en vacances.

Hier j'étais chez mère-grand et mon oncle me tint à peu près ce langage "Ton cousin m'a dit que tu partais en vacances avec eux", et je te le donne en quatre mille, j'étais pas au parfum.
En vrai mon cousin m'avait proposé mais y'avait plus de place dans leur voiture pour m'emmener, mais i'paraît ils ont trouvé une seconde voiture alors je vais aller en villégature là-bas dans le Sud de la france puis là-bas en Bretagne si j'ai bien tout saisi (en vrai, j'ai pas de détails, donc ça va être freestyle pour faire ma valise et tout, ça va me changer la vie dis donc).
Donc je vais aller avec mon cousin et mon autre cousin qui est le frère du premier cousin, et la copine de mon cousin (un des deux), plus deux gugussons que tu connais pas (sauf si t'es Youguette, par exemple). (À moins que ça ait changé.)

Et donc si tout se passe comme sur des roulettes comme je disais, que y'a pas d'annulation de programme ni rien, je vais pas être dans les parages avant le 20 août, on va dire.

Je sais que tu vas être d'une tristesse inouïe, alors je fais appel à ton bon coeur, et si le trèfle t'en dit, y'a toujours le mot de passe invité qui est dans les coins, et c'est "Saperlipopette" pour pas changer.
Donc voilà, tu peux poster des articles et ça sera top-moumoute.

Et sinon je voulais te dire que le nouveau chat de Noyémie est un geek sauf que j'ai perdu ma carte mémoire d'appareil photo (bien joué la vie), mais quand même je peux te montrer une image-preuve :

http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Chats/DSCF0012.jpg

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

C'est l'effet papillon.

Samedi, 24 juillet 2010.

Bon sinon l'autre fois j'ai revu l'Effet Papillon. Je l'avais vu une seule fois au cinéma (j'étais avec Chritelle et mère-grand, et mère-grand elle a à peu près rien de rien compris au film, haha) et même si sur le moment j'avais bien aimé, le seul truc qui restait vraiment dans ma mémoire c'est le coup du chien, là (si tu as vu le film tu sais forcément de quoi je parle, et si tu l'as pas vu je peux rien pour toi ma brave dame).

Donc dans mon cerveau l'Effet Papillon c'était rangé dans la même case que Requiem for a Dream : FILM À JAMAIS REVOIR SOUS PEINE DE DÉCÊS.
Encore que bon, Requiem for a dream il a la palme, maintenant rien que d'entendre la musique j'ai des frissons de dégoût, à peu près.

Bon p'is j'étais avec Jacques et d'un coup il a eu envie de revoir l'Effet Papillon, et comme je suis une fille conciliante et tout, (et qu'il y a Ashton Kutcher dedans) j'ai fait ouais, vas-y mets-ça on regarde (en vrai je parle pas comme ça, j'ai juste dit "d'accord").
Sans galéjade il me fait regarder que des films avec des trucs glauques dedans, comme Destination finale, là (bon c'est funky, mais c'est glauquounet quand même (ou comment te dégoûter à vie des cabines à UV, des courses de voiture, des avions, des bus, des cinémas, des ascenseurs, et bien plus encore)).
(La prochaine fois je vais emmener des DVD de Oui-oui ou je sais pas quoi.)

Le plan dans ma tête c'était d'accord, mais que dès qu'il se passe un truc abomiffreux je me cache contre Jacques et je ferme les zyeux.
Le truc que j'avais pas envisagé, c'est que je me suis rendue compte au fur et à mesure du film qu'en fait je me souvenais de tout, et alors c'est pas tellement la peine de fermer les yeux si de toute façon tu sais ce qu'il va se passer.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Cinema/18844098jpgr760xfjpgqx20070907075640.jpg
Et finalement, quand même, je survécu à la vision (mais je retenterai pas ma chance avec Requiem for a dream, laisse tomber la neige).
Mais quand même, le chien, quoi ! (Et la boîte aux lettres, et le truc des stigmates, et dans la baignoire, et Lenny dans la décharge,  et en prison, et cætera, et cætera.)

Puis au moment de dormir alors que j'avais évacué toute trace du film pour passer une nuit sereine et détendue et que Morphée aller pointer le bout de son nez à l'horizon, une voix s'éleva dans la nuit (celle de Jacques, quoi (c'est pas difficile à deviner on était que deux dans la pièce)) : "pense à la scène du chien".

Et quand j'ai dit qu'il est méchant à tenter de me faire faire du traumatisme à tout va, il a dit "c'est parce que je veux un câlin".

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

La théorie su-per.

Samedi, 17 juillet 2010.

Depuis plein d'années j'ai élaboré une théorie super. Su-per.

Je peux te faire une liste avec plein de noms de garçons dedans. Ou même je peux faire plusieurs listes, ça dépend du niveau de précision que tu souhaites (et peut-être que tu souhaites rien, et sûrement, mais comme c'est mon blog je fais ce que je veux avec mes cheveux, on est d'accord).

Je peux faire une liste des gugusses qui m'ont fait des déclarations d'amour (même une fois en catalan, alors je sais dire "je t'aime" en catalan si ça t'intéresse). Ou alors je peux faire une liste des gugusses qui ont voulu s'acoquiner avec moi (y'en a pas eu des millions de milliards alors c'est aisé (en vrai y'en a dont je me souviens plus, c'est d'une tristesse, ça se trouve ils sont devenus riches et célèbres et je pourrais me marier avec eux)).

http://krommlech.cowblog.fr/images/Humains/Gens/JakeGyllenhaal1BrokebackMountain.jpg
(Sinon je vais me marier avec lui.)

Je pense, dans la liste, y'a des gens d'au moins quatre pays différents (pas plus en vrai), qui ont du naître dans trois décennies différentes, et tout.
Le point commun entre tous les gugusses, c'est que je les ai rencontrés sur Internet.

Du coup ma théorie su-per, c'est que je plais qu'aux gugusses d'internet (tu te remémores feu pomme ?).

J'en ai conclu que ma webcam était magique et que ma prose était plus élaborée à l'écrit qu'à l'oral.

J'en ai conclu bis que quand ma personnalité se présente avant mon physique, j'avais plus de chances (du coup j'en ai aussi conclu que j'étais moche, mais t'avoueras que ça semble couler de source avec ce que je te raconte (en plus j'ai des épaules de rugbyman)).

En vrai une fois y'avait un type que j'avais rencontré dans le bus (donc pas sur Internet, quoi), et qui m'avait filé un rendez-vous et tout mais il était vraiment bizarre bizarre (il aimait bien égorger des moutons ou qu'est-ce que j'en sais) alors j'ai pas été jusqu'à voir s'il voulait s'acoquiner, j'ai fait genre, dis donc j'ai un train à prendre moi.
Donc il compte pas.

Donc ma théorie que je plais qu'aux gugusses d'internet elle est bien (Jacques je l'ai rencontré sur la Place Stan en vrai, mais avant on s'était parlés sur Internet, héhé (un jour si je suis d'humeur je t'expliquerai comme Jacques est mignonnet)).

Et donc hier grâce à l'aide de euh quatre grammes d'alcool dans le sang peut-être (en vrai j'en sais rien (pas dans mon sang, pardon mais)), ma théorie a flanché, quoi (mais moi pas, je suis une brave gugussette qui a dit "j'ai un copain, je suis fidèle", dans les neuf cent soixante-sept fois).
(Là ça me fait penser que j'espère que Jacques va pas venir sur mon blog, mais s'il vient faut retenir la phrase précédente, hein, Jacques.)

Du coup j'en ai conclu que j'avais bien fait d'acheter un short, ça avait l'air de bien m'aller (il est top-moumoute en jean).

(À part le short, il paraît que je suis drôle.)
(En vrai y'avait un genre de concours de conjugaison (le Bescherelle est notre ami), et même à 3h et quelques du matin je sais conjuguer le verbe paître, t'imagines.)

(Je suis en train de me demander l'utilité de te raconter ça, et la seule c'est que c'est le truc le plus palpitant qui me soit arrivé ces quatre derniers siècles (je laisse Julieta raconter notre épopée strasbourgeoise en vrai) et qu'il faut bien que je fasse comme si j'étais pas morte de blog de temps en temps.)
(En plus comme ça tu sais ce que c'est la malédiction de l'Internet qui est sur Facebook, de rien.)
 

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Top-moumoute de l'existence.

Lundi, 12 juillet 2010.

Bon trêve de galéjade. Plus je fais de trucs dans mon existence, moins j'ai de bidules à raconter, c'est un monde ça tout de même !

Alors bon, je voudrais bien te raconter des trucs marrants, mais quatre cent vingt-sept chances sur quatre cent vingt-huit qu'hors contexte ce soit pas rigolo (encore que, sache que Sophie elle drague les paons en tout impunité en criant "je suis une femelle je suis une femelle", tout ça pour qu'elle puisse les prendre en photo quand ils font la roue, si ça c'est pas funky même hors contexte, je m'y connais pas).
Je voudrais bien te raconter des potins, mais soit tu connais pas les gens dont je voudrais te parler soit non j'te raconte pas, et puis bon peut-être que tu aimes pas les potins (c'est trop cool les potins).

Si je voulais dire une chose sinon, c'est que j'ai suffisamment crisé parce qu'un certain monsieur retenait rien de chez rien de ce que je lui disais et que j'étais toujours obligée de répéter mille deux cents fois, mais finalement quand les gens retiennent tout ce que tu dis c'est pas forcément mieux (je sais pas toi, mais des fois je raconte des trucs en partant du principe que d'ici dix minutes tout le monde l'aura oublié et que ça sera mieux comme ça, et en fait si je me rends compte que les gens s'en souviennent encore mille ans plus tard, tt tt tt).
(Mais en fait quand même c'est plutôt flatteur de se rendre compte que les gens retiennent, à moins que ce soit juste un traumatisme et dans ce cas c'est moins flatteur.)

Sinon depuis quelques semaines je rattrape mon retard de tous les trucs qu'on essaye dans l'adolescence ou plus tard mais que j'avais jamais essayé (parce que j'étais pure et innocente (maintenant je le suis toujours, t'inquiète pas)), comme par exemple le KFC ou le Subway (et aussi la sauce curry de chez McDo, mais sérieusement je te la conseille pas, c'est vraiment pas bon, mais en même temps quand tu regardes la liste des ingrédients ça commence comme ça "sucre, pomme, purée de pomme (pomme, sucre)", alors comment ça peut donner un truc au curry avec tout ça ?).
Ha, ha, t'as cru que j'allais dire que je me dévergondais de la vie et tout, hein ! Et j'ai rusé telle la siouse avec de l'apport de nourriture dans la convers, hinhin. (Je suis pas une dévergondée, monsieur madame.)

J'aime bien avoir des accointances éclectiques, et aussi j'aime bien avoir une grande famille parce que ça donne plein de cousins et de cousines avec qui je peux sortir et faire des trucs éclectiques aussi. Et aussi ça me fait rencontrer de nouvelles personnes, ce qui est bien. Et revoir les perdus de vue, ce qui est bien bis.

En fait je me rends compte depuis quelques semaines de toutes les choses que j'avais arrêté de faire lorsque j'étais acoquinée avec feu pomme (il est pas mort, c'est le surnom qui est décédé), parce que j'avais pas le temps ou pas envie ou que j'avais juste pas envie de me taper des reproches pendant douze mille ans, et en fait j'aime plutôt bien recommencer (ou même commencer des trucs nouveaux comme les soirées entre fille avec potins + bière de filles (la Faro, la Faro)).

C'est comme Edith qui chantait là, non, rien de rien, non je ne regrette rien.
Parce que je m'amuse beaucoup depuis deux mois.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Humains/Imou/340854111832217307152117304785560734008n.jpg
(J'avais mis du produit anti-moustiques alors tout allait bien.)

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

De la crucialité des problèmes.

Jeudi, 8 juillet 2010.

En ce moment j'ai des problèmes cruciaux dans l'existence. C'est vestimentaire (je t'avais dit, crucial (sauf que je l'avais mis au pluriel (cruciaux))).

C'est parce que, je peux pas honnêtement me balader avec une valise à chaque fois que je sors de chez moi (pourtant j'ai une valise top-moumoute, sans roulettes ni rien, que je trouvai à une brocante (sauf qu'elle a pas de roulettes, alors c'est lourd)).

Donc je suis censée trouver des tenues adaptées à vingt-sept situations différentes à chaque fois que je sors, et HAHA, qu'est-ce qu'on rigole. Parce qu'en ce moment, à chaque fois que je sors de la maison des dalmatiens de la montagne, je fais vingt-sept trucs différents avant de rentrer au bercail, c'est malaisé.

C'est comme hier, je suis partie de chez moi vers le soir, alors il me fallait une tenue de soir qui soit jolie (j'allais voir Jacques (on dit que Jacques c'est le nom de mon acoquiné, comme ça si je parle de lui tu sais de qui je parle (en vrai il s'appelle pas comme ça, ni Raoul, sois rassuré)). Mais en même temps, ce matin, j'avais un rendez-vous pour un stage, alors il fallait que je sois habillée présentable et sérieux (à défaut d'être moi-même présentable et sérieuse (je vais pas te narrer ce merveilleux rendez-vous, mais les personnes elles ont cru que j'allais faire un malaise, ça te laisse présager de mon ambiance).

Donc il faut une tenue de soir jolie qui soit en même temps sérieuse et présentable. (Et aussi ça peut pas être un truc top-moumoute genre un t-shirt Little Miss Sunshine qui fait comme si j'avais douze ans et demi, parce que ça fait douze ans et demi justement, donc ni jolie, ni sérieux, retente ta chance.)

Et ensuite y'a le mystère de, est-ce que je me trimballe une veste ou bien non, un froid polaire va-t-il s'abattre sur la Lorraine d'ici demain matin, vais-je attraper la pneumonie pour cause de déluge matinal en robe d'été ?

Et alors les situations peuvent alterner, un coup c'est un rendez-vous pour un stage, un coup c'est l'auto-école, un coup c'est pour sortir le soir, y'a un peu toujours un facteur Jacques dans le truc (sinon je peux rentrer chez moi et changer de vêtement, alors y'a pas de problème et c'est pas crucial).

Et alors, tu vois ce qu'est ma vie en ce moment, à me demander si je mets ma robe à rayures bleue ou une jupe et un t-shirt, si je me trimballe ma veste toute la sainte journée pour la gloire, si je vais décéder en cas de port de jean et caetera.

Ça t'explique grosso et modo pourquoi je bavasse pas des masses ici, non parce que franchement, c'est pas que c'est pas trépidant, mais y'a plus palpitant comme épopée.


(Sinon il se passe un truc magique, c'est que tout ce qui m'arrive, ça arrive peu ou prou (je sais plus ce que ça veut dire) à Julieta deux semaines plus tard, c'est un truc de folie.)
(Julieta dans deux semaines tu vas boire un verre de jus d'orange au petit déj et prendre le bus, si tu veux tout savoir.)

(Sinon bis, y'a un bébé chat dans la cambuse, je me tâte si je fais un article pour te l'introduire ou si tu te contenteras de sa photo (il a l'air plutôt débrouillard, mais sinon il est minuscule et il souffle sur Kromkrom IL SOUFFLE SUR KROMKROM !))
 
http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Chats/Mallow.jpgC'est le chat Mallow
(ouais on est trop des comiques dans la famille
(j'ai cédé mon copyright à Noyémie par pure bonté d'âme)).

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Dans la vie en théorie je suis optimiste-girl.

Je veux dire, lorsque Nicolas a plus voulu de moi, je me suis pas dit bouhouhou je vais rester seulabre jusqu'à ce que mort s'en suive, que de tristesse en ce bas-monde. Plutôt je me suis dit, c'est pas grave (je m'en foutisme), j'ai que vingt-et-un ans (esprit d'observation), je vais pas rester toute seule toute ma vie (optimisme), d'ici dix ou douze ans, sur un malentendu, je pourrais me retrouver un copain (manque de confiance en moi).

Je suis optimiste-girl mais ça s'accorde mal avec le manque de confiance en soi, mais j'arrive grosso et modo à gérer les deux (pourtant je suis pas top pour faire deux choses à la fois, je te raconte pas (non je te raconte pas)).

Et finalement l'avenir m'a dit que je m'étais gourrée. Merci bien, l'avenir.
Je me suis pas gourrée sur c'est pas grave (je pourrais te faire une liste longue comme le bras d'un gorille des points positifs de plus être avec un (1) marin (2) belge (par contre j'ai pas fait de liste des points négatifs, le masochisme ne passera pas par moi, ma brave dame)). Je me suis pas gourrée non plus sur mon âge (avant de me palpiter pour la fac d'histoire, j'ai fait un Bac S quand même). Ni sur le fait que j'allais pas rester seule toute ma vie (même Susan Boyle elle s'est trouvé un copain, je te ferais remarquer).

Bon c'est les dix ou douze ans, là, ça a loupé. Puis autre chose a loupé mais ça je te raconte pas, ha, ha (mais ça rejoint le truc de mon article d'avant, pourquoi tout arrive toujours en même temps, saper et lipopette ?).

Alors maintenant, le je m'en foutisme il est toujours là, et aussi l'optimisme, et aussi l'esprit d'observation, mais il faudrait que je parvienne à gicler le manque de confiance en.
T'sais, supprimer de mes phrases les "normalement", "si tout se passe bien", "en théorie" et autres pincettes.

Et à la place je dis que ça va se passer et que c'est top-moumoute, et si ça se passe pas de toute façon je suis optimiste et je m'en foutiste et jusqu'en novembre j'ai encore 21 ans alors ça va. (Et Chritelle a dit "profite le temps que ça dure", Chritelle a de la sagesse à l'intérieur de son corps.)

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Cinema/reileao02.jpg(C'est tout pareil qu'Hakuna Matata sauf que y'a pas de phacochère.)

Donc on peut dire un peu que je suis plus seulabre.

(Là tu vois c'est pile le moment où j'ai envie de mettre mille pincettes, mais je me contiens. (J'aime pas annoncer des trucs si c'est pour me contredire deux jours plus tard, et Emilzabeth Teissier est pas inspirée de la prédiction sur ce coup-là, elle veut pas me dire ce qui va se passer la gourgandine.))

Même qu'un jour si tu es sage je te raconterai cette merveilleuse épopée (non, je plaisante).

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Notice explicative.

Lundi, 21 juin 2010.

Non non, je ne suis pas décédée dans les affres de la pneumonie (avoue que tu t'inquiétais !).

J'ai juste envie de dire, la vie est dure, mauvais marché. J'ai des bidules machins à te raconter, je voulais te parler de mon paquet d'emmental râpé (on dirait pas comme ça, mais c'est palpitant), de la lettre P (c'était le thème d'une fête où je suis allée, je veux pas faire l'apologie de Pi (je voulais mettre une photo mais la seule que j'ai trouvée on a l'impression que j'ai trop bu alors non)) ou alors de comment c'était un peu la brocante avec Noyémie (ça par contre c'est moins palpitant).

Mais dans la vie vois-tu, on ne fait guère toujours ce qu'on veut, et comme dit Vévé, en ce moment j'ai une vie dissolue (ça veut dire que je suis sortie de ma chambre (mais en fait une des parties les plus palpitantes de mon moment se passe dans ma chambre, bien joué les nouvelles technologies)).

Voilà donc en fait, pour l'instant j'ai déjà du mal à recaser des heures de sommeil dans mon emploi du temps (je suis une lopette en plus, si je dors pas neuf heures je me traîne telle la poudre, et là ma moyenne a sérieusement chuté). D'ailleurs cette semaine je vais peut-être pouvoir t'annoncer ma première mort, c'est-à-dire que je conduis 6h, dont deux heures demain et que je serai pas au mieux de ma forme (i.e. la faste période des sept heures de cours par semaine et pas grand chose à côté).

Un jour je te dirai qu'en fait c'est plutôt cool que je sois redeviendue célibataire de Belgique, et que ça y est j'ai arrêté de me dire que c'était bizarre de pas en souffrir plus que ça (comme ça je fais plein de trucs intéressants qui étaient plus ou moins prohibées dans les temps jadis, qu'est-ce qu'on rigole (j'ai regardé Capital quoi)).

Là l'existence est plutôt belle, bien que ponctuée de réflexions trop intenses (je veux dire, comment il peut m'arriver autant de trucs EN MÊME TEMPS ?).

Et donc, voilà, si j'ai deux-trois secondes de libres promis je te raconte ma vie bientôt, mais là je vais fête-de-la-musiquer, donc veuille agréer, Monsieur-Madame, mes salutations distinguées, et n'oublie pas que océan Pacifique, y'a une majuscule qu'à Pacifique !

http://petit-bazar.unige.ch/wp/valdarve/files/2010/03/poussin.jpeg
(Ça c'est tout spécial pour Sophie alors si tu es pas Sophie ferme les yeux !)

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

5% de chat.

Mardi, 15 juin 2010.

Un jour je voulais te parler du chat et là M6 Replay fonctionne pas alors ça tombe bien (c'est pour l'Amour est dans le pré, cette émission est hyper funky, on est d'accord ? (Non mais la fille qui dit au type, déjà le pauvre, c'est celui qui a reçu le moins de lettres, y'a que trois filles qui veulent bien le rencontrer, et la première elle se pointe, et bref elle lui sort "Je te trouvais mieux à la télé", ou l'autre il reçoit une lettre, et en fait c'est la fille qui voulait lui vendre une collection de timbres, et finalement la semaine prochaine y'en a qui vont danser de la country, enfin les lundis soirs s'égayent)).

Bon alors, je voulais te parler du chat, pas celui qui a quatre pattes et des poils, celui-là même où on peut parler à des gens sur internet.
 
http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Chats/DSCF5068.jpg(Ça c'est un chat qui a quatre pattes et des poils, et l'air sournois, non ?)

Et là je me dis, parler de l'amour est dans le pré et du chat dans un même article, ha ça va donner une bonne image de moi. Chouette, donc.

Mais le chat, je me demande, quelqu'un, à part Satine, voit un intérêt à aller sur le chat, par ici ? Moi j'aurais dit non mais peut-être.

Bon, parce que, des fois, j'y vois un intérêt. Le truc, ça me prend par période, y'a des fois je me dis "tiens, si j'allais sur le chat pour parler à de nouvelles personnes", et alors j'y vais. Et alors j'y vais deux-trois soirs et bon après j'en ai marre des gens du chat, mais quelques mois plus tard ça me revient.

Des fois je désespère un peu et j'essaye d'expliquer aux gus qu'il faut mettre des points d'interrogation au bout des questions (des fois y'a des gens qui veulent changer l'humanité, et alors ils vont faire de l'humanitaire au Darfour, ou je sais pas quoi, moi plutôt j'essaye d'apprendre la ponctuation aux types du chat, et c'est malaisé, je ne te dis que ça (avant, j'étais plus optimiste, je me disais, tiens, je vais leur expliquer que "ça va ?" ça s'écrit avec une cédille ET un point d'interrogation, mais laisse tomber la neige je suis pas si courageuse finalement)).
(Du coup, je te raconte pas la joie quand quelqu'un vient me parler et écrit "ça va ?" avec zéro faute d'orthographe, un point d'interrogation, ça me met de bonne humeur pour la soirée (ouais il m'en faut carrément peu, des fois je me demande comment ça serait s'il m'en fallait aussi peu pour me faire déprimer, je serais joie-de-vivre-girl, je te dis pas))

D'autres fois je suis en train de casser une durite et alors je fais des blagues tellement nulles, et ça me désespère quand personne les comprend, je te raconte pas.

Maintenant je suis plutôt bonne pour éviter les pervers et les obsédés et tout (en même temps en général on les voit arriver avec leurs gros sabots (encore que des fois ils sont sournoisement cachés)), et j'ai enfin trouvé, quand on me demande ce que j'aime, je dis Oscar Wilde, les pâtes, les coquelicots et les Peugeot 404 (je devrais ajouter des trucs, comme Oui-Oui et les orang-outans, mais la liste serait trop longue après ça).
(Après des fois j'ai envie de pleurer, je dis que j'aime Oscar Wilde, et gugusse il répond "et tu aimes aussi le cinéma en général ?" et après va expliquer au type qu'Oscar Wilde est mort avant l'invention du cinéma. (Enfin pas tout à fait mais chipote pas.))

Après c'est assez facile : tout le monde s'appelle Julien, ou Laurent (j'aimerais bien comprendre pourquoi, d'ailleurs) et tout le monde est en école d'ingénieur, ou à peu près (sans galéjade).

Et bon, je dirais, sur le chat, y'a 5% de gens intéressants (je veux dire, une fois que t'as retiré les pervers, les obsédés, les vieux (qui sont pervers par définition, HAHA), les types qui cherchent la femme de leur vie (sans galéjade, bis), et tout ça et tout ça (et puis ceux qui aiment le tuning, ceux qui savent pas écrire, et cætera, mais ça c'est des genres d'exigences personnelles).

Alors en fait, tout ça, tout ça pour tomber sur quelqu'un qui fasse partie de ces cinq pour cent de gens intéressants, faut avoir foi en l'humanité (et beaucoup de temps à tuer, je te l'accorde, mais ça ça va je suis servie).

Et à un moment je trouve, et là c'est hyper la classe.

(Et à ce moment précis, je me rends compte que j'ai pas de fin à mon article, parce que je vois pas quoi dire à part que c'est hyper classe, alors tant pis pour toi, y'aura pas de fin.)

(Ha ouais, ça valait le coup de lire, tu l’as dit).

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

J'ai une théorie sur les journées pourries. Par exemple hier dans la maison des dalmatiens de la montagne, c'était une journée pourrie, rien ne nous fut épargné, pas même l'orage ou le truc sur la Seconde guerre mondiale à la télé pour bien te démoraliser (faut arrêter avec les trucs sur la Seconde guerre mondiale, je peux pas m'empêcher de regarder et ça me démoralise (faites des trucs sur une autre période historique, diantre)).

Alors, à un moment ou un autre, tu te rends bien compte que ta journée est pourrie. Mais quand tu t'en rends compte, c'est que ta journée est déjà entamée (à moins que tu aies un don de voyance, dans ce cas passe-moi ton adresse que je vienne t'éliminer, je veux pas de concurrence (à ce propos, Emilzabeth Teissier a encore frappé, je suis pas peu fière)).

Mettons, à 15h, tu te dis, ohlala, cette journée est pourrie. Après, tu peux cumuler, je suis pas sectaire, hein. Il peut t'arriver un truc naze à midi, un autre à 15h, un autre à 18h, et un vers 20h, parce que plus on est de fous plus on rit, c'est bien connu.

Et donc, à 15h, voilà, ta journée est pourrie, te dis-tu.
Mais ! Le point positif, c'est qu'il est déjà quinze heures. Donc la journée pourrie est finie dans neuf heures.

Or, selon le célèbre adage, si ta journée est pourrie, la prochaine sera meilleure.

Donc, donc, t'es là à 15h à te dire que ta journée est naze, et c'est là que c'est formid', parce que :
1. Il te reste que 9h de journée pourrie.
2. Demain tu auras 24h de journée mieux.
Conclusion : tu as plus de mieux que de pas mieux.
Conclusion bis : la vie est top-moumoute.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Cinema/18813186w434hq80.jpg
Bon, et vraiment, si tu prends la joie et que tu la rabats, et que le lendemain, ta journée est encore pire, bah tu recommences depuis le début : faut pas me prendre pour une bille, la journée doit être commencée depuis au moins 10h pour que tu te rendes compte qu'elle est pire que celle de la veille, donc mon truc du plus de mieux que de pas-mieux fonctionne toujours, et HAHA, ma théorie est merveilleuse.

Je veux dire, elle est testée et approuvée par moi-même, et j'ai de bons goûts, c'est bien connu (je veux dire, Oscar Wilde, les coquelicots, les pâtes, les Peugeot 404, quoi).

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

Le truc ultime.

Jeudi, 27 mai 2010.

Bon, hier j'ai découvert le truc ultime.

Ça existe depuis des siècles et des siècles et c'est hyper-connu et je suis à la masse, mais je m'étais jamais intéressée à ce phénomène, et pourtant, et pourtant, c'est la fête à bras (je sais pas ce que ça veut dire mais j'aime bien cette expression).

Un de mes problèmes dans la vie, c'est que je dois aimer 2.5 légumes en tout et pour tout, et alors comme à la télé ils arrêtent pas de dire "mangez cinq fruits et légumes frais par jour", ça me fait culpabiliser, tu sais. Et on m'a dit les fruits c'est moins bien que les légumes parce que ça emplit ton corps de sucre et ohlala !

J'avais trouvé une feinte de loup, c'est la soupe.
La soupe, je tiens à le signaler, est un concept mystérieux. Tu prends que des choses pas bonnes comme du céleri, des oignons ou des carottes, tu réduis ça en charpie, et après ça donne un truc bon !
Alors que je suis certaine, si tu fais le contraire, c'est-à-dire prendre que des trucs bons : des pâtes, du Nutella, des mirabelles, du fromage de chèvre, et que tu réduis ça en charpie, ça devrait pas être terrible terrible.

La nature a de ces mystères...

Donc, la soupe, c'est bien pour les cinq fruits et légumes frais.

Mais hier !

Je remonte à l'heure de la sustente, et que vois-je gésir sur la gazinière ? Des pâtes vertes, acoquinées à des pâtes oranges.
Et donc, vaillante mais pas téméraire, j'ai goûté. Et en fait, ça sent la pâte. Normalement c'étaient des pâtes aux épinards et aux carottes. Et bah ça avait un goût de pâtes au blé.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Bidules/Nourriture/5546785.jpg
Et donc !

Le truc ultime !

Je peux manger des pâtes à qui mieux-mieux, ce qui est le meilleur évènement du monde, et il suffit qu'elles soient oranges ou vertes ou je ne sais quelle couleur, et paf ça me donne des légumes.

Avec des nouvelles comme ça, la vie paraît vraiment riante, je ne te dis que ça.

De krommlech.

Rangé dans SCF, Sans catégorie fixe.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast