Stage vs. Fac.

Jeudi, 18 novembre 2010.

Si on faisait, comme ça, une balance (mais une Roberval avec les petits plateaux !), avec, mettons, d'un côté la fac ce semestre, et de l'autre côté, le stage, bah je te raconte pas, comment la fac elle serait en orbite tellement sa légèreté face au stage l'aurait fait gicler de la balance.

C'est trop cool le truc.

Lundi matin ils m'ont donné vite fait une liste des choses que je suis censée faire, et depuis je m'occupe à mon gré en faisant la liste des choses que je suis censée faire. Je me suis rendue compte au bout de quatorze minutes ou environ que ça serait pas possible de faire le truc principal (challenge : faire un dossier de demande d'autorisation pour une restauration. Le vrai challenge c'est que je fais ça pendant trois semaines, et qu'avant de faire le dossier je dois faire venir un gugusse des monuments historiques pour qu'il estime tout le bazar qu'il y a à faire. Et avant ça faut que je demande des précisions au maire. TU CONNAIS L'ADMINISTRATION).

Mais c'est pas grave parce qu'il me reste plein de trucs très cools.

En plus, je te signale, je suis toute seule dans mon bureau avec l'ordi (bonus-cool), et EN PLUS, la poubelle est à l'autre bout de la pièce, et À CHAQUE FOIS que je jette un truc dedans je fais panier.

Sinon y'a un micro-ondes et une machine à café (30 centimes le café, ou plutôt le chocolat chaud rapport au fait que je bois pas de café).
Et je peux utiliser le téléphone à ma guise.

Je me balade deci et delà dans les couloirs en allant voir plein d'humains de tous les services possibles et imaginables et leur demander des trucs qu'ils savent pas (j'ai mis mille ans à trouver l'archiviste qui était perdu au milieu d'un grenier ou qu'est-ce que j'en sais).
Sinon je me balade deci et delà dans la ville, comme à l'Office du tourisme ou à la médiathèque (et à la médiathèque, y'a un livre magique qui regroupe TOUTES les informations qu'ils m'ont demandées dans deux trucs de la liste des choses à faire (deux trucs sur trois dans la liste, quoi)(je crois qu'ils connaissent pas ce bouquin (ce bouquin est merveilleux)).

Au lieu de me lever à 6h30 ce matin pour aller au stage je me suis assignée une super mission d'aller voir un dossier au service de l'Inventaire à Nancy, et donc finalement je me suis levée à 8h30-haha. Et j'ai fait vingt-huit mille quatre cent douze photocopies GRATUITES (c'est pas comme à la fac, bonus-cool ²) pour étudier les documents à mon bureau (héhé) (et à la mairie je peux même faire des photocopies format A3, plus cool Raoul).
Et finalement ma matinée m'a pris un peu plus d'une heure de travail.

Lundi je me prévois une petite balade dans la ville pour prendre en photo des linteaux de portes et des fenêtres, sauf s'il pleut ça reporte ÉVIDEMMENT.

Et là, je viens de découvrir un truc formidablement magique : tu vas voir une dame avec toute une liste de matériel que tu souhaiterais usiter pendant ton stage (jusqu'à maintenant j'utilisais le contenu de ma trousse ou j'allais taxer mon voisin de la police municipale, et c'est le voisin de la police municipale qui m'a dit d'aller voir la dame). Alors je vais avec ma liste, et elle m'a tout donné, HAHAHA. Je pouvais même choisir la couleur des surligneurs et j'ai une boîte complète de trombones, alors, hé, elle est pas belle la vie ?

(Oui, des photocopies gratuites et une boîte de trombone contribue à mon bonheur, la vie est ainsi faite.)

Et là, je voulais mettre une photo de la chapelle que je dois faire restaurer, mais manque de mug yh'en a pas sur Internet, alors à la place t'auras un gnou (parce que le mot "gnou" est rigolo.)
 
http://krommlech.cowblog.fr/images/gnou2.jpg

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

C'est le stage.

Lundi, 15 novembre 2010.

Alors ça y est j’ai commencé mon stage.
Ce matin même à 9h15 sonnantes et trébuchantes (bonus numéro 1 : je devais commencer à 8h30 mais la vie est belle alors j’ai eu 45 minutes de week-end en rab).
Le bonus numéro 2 c’est que je suis toute seule dans un bureau avec un ordinateur, héhé.

Y’a mon voisin qui est la police municipale qui vient me voir deci et delà pour voir si je survis et si l’ordi survit (c’est encore plus lent qu’à la fac, et ça c’est pas de la rigolade) et sinon je suis livrée à moi-même dans ce monde de brute.

Ce qui est cool.

Ce qui est pas cool c’est quand j’ai commencé à regarder ce que je devais faire.

Le premier truc c’est facile, je devais faire des recherches sur les gens qui ont donné leur nom à une rue, et bon OK je suis pas une érudite en histoire mais de Gaulle et Jeannette d’Arc je maîtrise.
Puis bon Wikipédia est mon ami sinon, même s’il connaît pas Charles Courtois ou Nicolas Guibert ou Marcel Wenck (help, I need somebody, not just anybody, but quelqu’un qui connaît ce brave Marcel. Mais qui est donc ce brave Marcel qui a donné son nom à une allée en B5 (c’est comme du touché-coulé, mais avec un plan de Saint-Nicnic et zéro bateau) point d’interrogation).

Le deuxième truc et c’est ça qui est rigolo, je dois faire un dossier parce qu’ils veulent faire restaurer une chapelle toute vieillarde, et donc je me suis renseignée sur internet, et j’ai trouvé le dossier qu’il faut remplir et tout.
Et en fait, je comprends un mot sur huit. « Vous décrirez avec précision toutes les façons de faire pour chaque corps d’état en veillant à bien expliquer tous les détails qui permettront d’apprécier si le caractère d’origine de votre immeuble est respecté. »
On a qu’à dire que c’est cool la vie.

Après, demain, je vais faire du tourisme (je vais visiter la chapelle que je dois faire restaurer quand j’aurai trouvé c’est qui les gens qui vont donner de l’argent et que je leur aurai réclamé des mille et des cents, quoi).

Et éventuellement, faudrait que je me balade dans la ville pour que je trouve des bâtiments historiques d’intérêt qui leur aurait échappé.
Ouais, ouais.
Soit disant je suis en master d’histoire donc je sais reconnaître une maisonnette du XVIe siècle ou quoi, mais pardon mes cours c’était historiographie de la première guerre mondiale ou Canons culturels de l’époque contemporaine ou les civilisations précolombiennes ou la vie privée à Rome, ou tiens si on regardait des tableaux de vieillards en train de téter leur fille (ça c’est cette année, enjoy le mercredi aprèm). Par contre y’a zéro cours intitulé : comment reconnaître une maison vieillarde ?

Et en plus il pleut et j’ai oublié mon parapluie.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Lieux/deportbldgcard2lg.jpg
(Je pense que le grand machin au milieu est historique,
à vue de pied, mais à mon avis ils ont déjà remarqué ça.)

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Là je trouvais la vie plutôt merveilleuse (le mois de mai est fini et y'a plein de coquelicots le long des voies ferrées). Et en fait, pleine de bonne volonté, et aussi parce que l'échéance approche mine de rien, je me suis dit tiens tiens je vais faire mon rapport de stage.
Ben, la vie elle a l'air moins merveilleuse d'un coup.
Je te rappelle, le délire c'est qu'on doit faire un rapport de stage sur un stage qu'on a pas encore fait, et qu'il doit faire une trentaine de pages ça serait bien.

Là j'ai neuf pages avec des images, je peux pas faire de marges plus grandes sinon ça va faire louche, la police 28 ça commence à faire gros, et à moins de décrire une par une les statues dorées qui sont sur le toit du beffroi, je vois pas bien ce que je pourrais ajouter.

Et donc, je suis en désespoir.

En plus, je fais mon rapport de stage sur Tournai. Top-moumoute, mais les Belges sont plus mes amis (mais j'aime bien Dysphorie quand même), ils percutent rien au téléphone, et ils parviennent même pas à me dire combien de pécores de touristes se traînent dans leur bled chaque année, comment tu veux que je remplisse mes pages avec cette absence de bonne volonté, sans galéjade ? Jean-Pierrette elle me dit "ha bah il faut venir directement ici" (enfin elle a dit ça, mais avec l'accent belge), comme si genre le nombre de touristes c'était une information essentielle que je pourrais aller revendre au FBI pour faire imploser la cathédrale ou qu'est-ce que j'en sais. Je veux bien mais je vais pas faire 400 km pour savoir combien de Germains foulent les pavés tournaisiens, merci mais j'ai un sens des priorités (priorité numéro 1 : ne pas aller à Tournai. Priorité numéro 2 : manger des pâtes.)

J'ai envie de dire, vivement que ce soit le 15 juin, et si t'as un Jésus perso, prie pour que ma note d'anglais remonte le niveau de la note de rapport de stage, et tout devrait bien se passer (ou file-moi de quoi remplir les 21 pages restantes, au choix).

Sinon un jour ou l'autre je te parlerai pas de mon rapport de stage et peut-être que tu trouveras la vie plutôt merveilleuse (y'a plein de coquelicots le long des voies ferrées ET les cerises commencent à mûrir).
Mais là non, apitoie-toi un peu (apitoitoi, HAHA).

http://krommlech.cowblog.fr/images/Fleurs/Dautres/343435601272a4960131.jpg
(Je l'ai trouvée sur le Flickr de Rabbee)

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Voltaire sous LSD.

Jeudi, 29 avril 2010.

Je sais pas si au lycée t'as eu l'insigne honneur d'étudier l'ami Voltaire, Candide ou son poteau Micromégas, mais avoue, c'était pas d'un palpitant fou.
Contrairement à un autre bouquin super dont j'appris l'existence aujourd'hui.

C'est de Voltaire, donc, et ça s'intitule La pucelle d'Orléans.
En sous-titre on aurait pu mettre : quand Voltaire prend du LSD, parce que c'est un peu le délire.

Comme je suis d'une grande bonté je vais te narrer cette histoire merveilleuse.

On est en France, et c'est la guerre de Cent ans, depuis beaucoup d'années. Malencontreusement, le roi de France est un gros obsédé sexuel qui fait rien de ses journées (à part des trucs d'obsédé sexuel).
Donc bon, la situation est plutôt moche pour les Français. C'est exactement ce que se dit saint Denis. Soit dit en passant, saint Denis c'est un saint super, un jour on l'a décapité, mais comme l'endroit où il a trépassé lui plaisait pas, il a pris sa tête sous le bras, ses cliques et ses claques et il a marché jusqu'à ce qu'il trouve un bon endroit.

Bref, saint Denis a une idée. Il se dit : je sais, faut que je trouve tout le contraire du roi, une personne super donc, et qui va gagner la bataille, et tout rentrera dans l'ordre.
Donc, il lui faut une femme, pas obsédée sexuelle, et active, et vierge si possible. Et avec ces critères, il nous dégotte Jeanne d'Arc. Je te ferais dire qu'il l'a dégotée dans les Vosges, alors je te laisse considérer l'état des mœurs du reste de la France s'il faut se traîner au fin fond des Vosges pour trouver une vierge.

Comme saint Denis veut que Jeanne d'Arc soit une vraie championne, il lui fournit un équipement. En fait il lui donne un âne ailé, pour qu'elle puisse filer telle la bise. Un cheval ça aurait été plus classe mais ça a pas effleuré Denis.
Pour que son plan réussisse, y'a une seule condition, c'est que Jeannette reste vierge jusqu'à la bataille. Si elle s'acoquine, tout le plan tombe à l'eau.

http://www.jeanne-darc.dk/img_multimedia/0_literature/0_voltaire/illu_b_121_chant_XXI.jpg

Un jour Jeanne elle se balade comme ça, lalalalalaaaa, et elle rencontre un Anglais. C'est les méchants dans l'histoire les Anglais, mais tant pis, Jeanne et l'Anglais tombent amoureux l'un de l'autre. Et bon, les choses commencent un peu à s'échauffer entre les deux tourtereaux, donc Denis intervient.

Le truc que je t'ai pas dit, à propos de l'Anglais, c'est qu'il est amoureux de Jeanne mais aussi il est homosexuel. Un jour qu'il se trouve avec son amant, Denis utilise ses pouvoirs magiques et les deux larrons tombent endormis.
Sur ces entrefaits, Jeanne arrive, toute prête à offrir sa petite fleur, et elle découvre son bel Anglais endormi dans les bras d'un garçon, tous les deux dans le plus simple appareil. Jeanne l'a mauvaise, et pour se venger, elle décide de graver des petits fleurs de lys dans les fesses de l'Anglais. Après elle décanille.

L'Anglais se réveille après coup, et il découvre les petits fleurs de lys sur ses fesses, et bon il aime pas ça du tout du tout. Alors il se lance à la poursuite de Jeanne, il la retrouve, et là il l'attrape et il se met en tête de lui faire connaître les choses de l'amour.
Il soulève la robe de Jeanne, il baisse son pantalon, mais, Super-Denis intervient, et paf, il fait retomber toute la motivation du monsieur. Le pauvre homme s'en va "la queue entre les jambes" (c'est Voltaire qui l'a dit, je parle mieux que ça).

Après Jeanne, pour être préservée du péché de chair, va dans un monastère. Là y'a le moine Cuculisse (merci les parents). Et figure-toi que le moine Cuculisse, le voilà qu'il décide de violer jeannette, comme ça, sans préavis.
Mais heureusement, Denis intervient de nouveau, et Jeanne est sauvée des griffes de Cuculisse (non mais Cuculisse quoi). Vite fait bien fait, elle se tire du monastère sur son âne ailé (hééé, tu l'avais oublié celui-là, non ?).

Et là, tu devineras JAMAIS. L'âne il se met à parler.
Il se met à parler, ET il raconte à Jeanne qu'il est en amour pour elle, et que si elle se laisse un peu faire elle va goûter les joies de l'amour. Jeanne, elle lui répond "non mais t'es un animal, ça serait bizarre quand même".
Donc l'âne ailé explique à Jeanne que c'est pas grave, Zeus il l'a déjà fait, il s'est transformé en cygne ou en taureau et ça a jamais posé de problème, alors non mais laisse-toi faire.
Jeanne est bien convaincue par ces paroles, donc elle commence un peu à caresser l'âne et tout.

Heureusement, Denis intervient de nouveau.

Là, pauvre petit lecteur, tu me vois marrie, mais j'ai loupé un passage, entre le moment où Denis intervient avec l'âne et le moment où un beau chevalier se ramène.

[Ellipse temporelle.]

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/Dessins/illub008chantVIII.jpg

Jeanne, elle en a marre de toujours être vierge (toutes ses copines l'ont déjà fait), et en plus elle est amoureuse d'un beau chevalier.
Déjà que Denis l'avait empêché avec l'Anglais, alors qu'elle en mourrait d'envie, puis avec l'âne ailé, là, elle va pas se laisser faire.

Elle se souvient qu'elle doit rester vierge jusqu'à la bataille, mais après elle peut bien faire ce qu'elle veut de ses attributs féminins, Denis en aura plus rien à taper.

Donc Jeanne d'Arc prépare son épée, son armure et son bouclier, elle se lance dans la bataille, elle la gagne.
Ni une, ni deux, elle renvoie saint Denis au Paradis sans lui demander son avis, et ensuite, elle va voir son beau chevalier, et les voilà heureux qui commencent à batifoler, essayer le kamasutra ou que sais-je encore.

Et l'histoire est finie.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Comment Ursule devint une star.

Lundi, 26 avril 2010.

Père Castor l'a jamais fait, alors hop c'est parti, je le remplace et je te raconte l'histoire de sainte Ursule et les onze mille vierges. Ça c'est de l'hécatombe ou je m'y connais pas, elles ont toutes été trucidées.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/450pxKolnstursulaschutzmantelheilige.jpg

Il était une fois, au Ve siècle après le petit Jésus (hier dans une brocante j'ai vu une crèche et le Jésus il faisait la taille d'un des moutons, je te raconte pas la souffrance de Marie au moment de l'accouchement dans ces conditions), la fille du roi d'Angleterre. Cette brave jeune fille s'appelait Ursule. Comme elle était du genre croyante, un jour elle a décidé de partir en pèlerinage à Rome.

À l'époque c'était toute une organisation, pas tu prends ta valise et un train pour Lourdes et c'est parti mon kiki.
Comme Ursule était une jeune fille de bonne famille, elle allait pas partir seulabre sur les routes, imagine qu'une personne mal intentionnée se pointe ? Donc Ursule est partie avec une escorte. Dans son escorte, y'avait onze mille de ses servantes (je sais pas si c'était l'ensemble ou si elle en avait encore plus que ça, mais dans tous les cas ça devait y aller les RTT pour occuper tout ce monde).

La fille, elle va traverser la moitié de l'Europe, donc elle prend une escorte, maligne, la guêpe, mais cherche pas, ça a pas fait tilt que deux-trois types avec deux-trois armes ça pourrait être pas mal pour sa défense. Elle a du se dire, "si je me fais attaquer, je mets les onze mille bonniches devant moi, le temps que mon tour arrive la lame sera émoussée", ou je sais pas quoi.
De plus, les onze mille servantes elles étaient toutes vierges. Je sais pas si elles étaient toutes des ados ou qu'elles étaient moches ou autre, mais voici nos onze mille une vierges (Ursule c'est une princesse, évidemment elle était vierge) partie sur la route de Rome.

La logique, quand tu vas de l'Angleterre à Rome, c'est de traverser la France en diagonale, t'arrives en Italie et hop tu trottes jusqu'à Rome. Sauf que nous l'avons vu, Ursule et ses copines n'avaient pas été servies au rayon logique, et donc pour aller à Rome, elles décident de passer par le Rhin, et elles se trouvent à Cologne.
Peut-être Ursule profitait-elle de quelques instant de paix en l'absence de son paternel pour vivre une vie plus aventureuse qu'à l'accoutumée.
Peut-être Ursule n'avait-elle aucun sens de l'orientation.
Nous ne le saurons jamais.

Il se trouve qu'à cette époque, vers 450 après la naissance de Jésus, à Cologne, pile au moment où Ursule et ses comparses arrivent, manque de bol, y'a Attila.
Attila le Hun, tu sais, le fléau de Dieu et tout le tremblement.
Au détour d'une ruelle, Attila tombe sur le charmant minois d'Ursule, et sans même le concours de Cupidon, notre brave homme tombe éperdument en amour pour la princesse. Il lui fait des avances. Ursule rougit, dit "huhuhu", et explique grosso modo à Attila qu'il est bien gentil, mais elle est pas à fond dans le type asiatique, elle préfère attendre encore un peu pour trouver le grand amour.

Attila a pas l'habitude de se prendre des râteaux. Il prend son arc, il s'éloigne un peu d'Ursule (pour viser), et paf ! Il lui plante une flèche en plein cœur. Il avait un couteau sous la main et il était à douze centimètres d'elle, mais va savoir pourquoi il a préféré sortir son arc.
Voici Ursule décédée.

Et là, bon, grosso modo, c'est le carnage. Attisés par la vue du sang, les soldats d'Attila prennent tous leurs arcs, et ils se mettent à décocher en plein sur les bonniches, qui avaient rien demandé mais tant pis pour elles.
Note bien ces deux faits abracadabrantesques :
1. Aucune des onze mille servantes à réussi à s'échapper dans la cohue.
2. Aucune des onze mille servantes n'a été rudoyée pendant les opérations. Je veux dire, elles sont toutes mortes vierges.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Arts/MeisterderUrsulalegende002-copie-1.jpg

Conclusion, les pauvresses ont été catapultées martyres, canonisées vite fait bien fait, et nous voici avec onze mille une saintes vierges sur les bras.

Ça c'est ce qu'on nous raconte. Mais, je crie à l'arnaque !
À l'arnaque ! À l'arnaque !
 


Par le truchement de mon cours sur la mémoire, j'ouïs la naissance de la légende. Et bon, je vais te raconter, et si tu pensais qu'Ursule était pas une flèche, tu vas voir le niveau des gens du Moyen-âge.

Un jour, au IXe siècle, à Cologne, les gens décident de faire deux-trois travaux dans l'église, pour la rafistoler un peu, parce qu'elle avait déjà 400 ans la machine. C’est donc une église du Ve siècle, qu'on a construite pour honorer des vierges martyres, mais on savait plus qui, parce que ça faisait longtemps.
Et là, au milieu des truelles et des marteaux piqueurs, ils trouvent une plaque, où dessus c'est écrit "XI. M. V.". C'est du latin, comme tu vois, pas un message secret pour James Bond.

Et là, y'a un type dans l'assistance qui a un éclair de lucidité. Il dit je sais, je sais ! Ça veut dire "Onze mille vierges !".
Tu vois, XI = onze, M = mille, V = vierges.
Ça pourrai vouloir dire XI = onze M = martyres V = vierges, ce qui avait l'air plus logique, mais non, c'est onze mille on t'a dit.

Ils sont tous jouasses de leur découverte, ils continuent  leurs travaux, et là ils trouvent un cercueil !
Dans le cercueil, y'a un squelette de fille, une fille de huit ans, et sur le sarcophage, c'est écrit "Ursula".

Re-tilt (c'était la journée des éclairs de génies) les types ils se disent : mais ouais, c'est Ursule qui est morte en même temps que les onze mille vierges ! Elle a dix ans de plus dans la légende, mais allons, tu vas pas chipoter !
Après, c'est la fin des travaux, l'église est toute belle, et on passe à autre chose.

Mais, trois siècles plus tard, on décide d'agrandir l'église, parce qu'elle est devenue un peu étroite.
À côté de l'église, y'a le cimetière, donc pour agrandir l'église, faut déboîter le cimetière.
Joyeusement, les gens se mettent à la tâche. Ils vont avec leur pelle et leur pioche dans le cimetière pour faire de la place, et paf paf paf.

Et là, bon je te le dis parce que tu devineras jamais, mais en retournant le cimetière, ils trouvent des ossements. PLEIN d'ossements !
Les gens de Cologne, faut pas leur faire à eux, ils voient les tonnes d'ossements, et c'est limpide : mais c'est les os des onze milles vierges de la plaque !

Franchement, à ce moment du récit, je demande un petit instant de recueillement devant tant de génie.
Les types, ils retournent un cimetière, ils trouvent des os dedans, et la seule connexion qui se fait dans leur crâne c'est "tiens ça doit être les 11.000 hypothétiques filles mortes y'a sept cents ans !".

(Recueillement.)

(Fin du recueillement.)

Voici nos bons Colonais bien contents : ça faisait trois siècles qu'ils cherchaient une preuve des onze mille vierges, et voici que tous ces ossements leur tombent dessus !

Conclusion, ils empoignent les os, ils les nettoient un peu, pour faire plein de belles reliques de martyres. Imagine le délire : 11.000 crânes + 22.000 bras + 22.000 jambes + des centaines de milliers de phalanges.
Ils en distribuent quelques unes à leurs poteaux, et le reste, ils le vendent, c'est la richesse qui leur tombe sur le râble.

Et puis un siècle plus tard, monsieur de Voragine décide de mettre par écrit l'histoire d'Ursule et ses suivantes, avec en guest-star Attila et le roi d'Angleterre, et tout est bien qui finit bien.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Le héros national.

Jeudi, 11 mars 2010.

Aujourd'hui il s'est passé un truc mémorable dans l'histoire de l'humanité. Sauf que toi tu le sais pas encore, alors je viens te raconter (me remercie pas).
Et quand je parle de truc mémorable, y'a pas de référence à la tenue de mon prof ce matin (pardon mais il avait une chemise, une cravate à fleurs et un sweat-shirt à capuches et à rayures, et pourtant il porte des lunettes (c'était carrément mémorable, cela dit)).

Donc j'étais en cours. C'est un cours sur la mémoire.

Maintenant, prends ta pierre blanche, parce que ce jour est à marquer d'unedite.

Aujourd'hui, le 11 mars de l'an 2010, en première année de Master d'histoire, j'ai écrit "Johnny Hallyday" dans mon cours.
Pour dire que c'était un héros national.
Johnny Hallyday, un héros national, dans mon cours.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Dautresgens/250koala0.jpg

(Je voulais mettre une photo de Johnny Hallyday, alors je me suis dit j'en cherche au moins une où il est beau, sauf que j'ai pas trouvé, alors je te mets un koala à la place.)

Imagine, PEUT-ÊTRE, je vais devoir écrire "Johnny Hallyday" dans une de mes copies de partiel, voire, "Johnny Hallyday est un héros".
Ça se trouve je vais avoir mon Master grâce au concours de Johnny Hallyday.

Mémorable, je t'avais dit.

(Cela dit, je sais pas pourquoi on dit que c'est un héros national, le correcteur orthographique de Mozilla le reconnaît même pas.)

(Sinon aujourd'hui à cause de la neige je suis tombée sur une poubelle, les grosses-là, avec des roulettes, et on s'est moqué de moi.)

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Le secret de l'histoire de la Lorraine.

Mercredi, 3 février 2010.

Ça y est, ça y est, c'est la fête ! J'ai enfin percuté pourquoi mon cours d'histoire de la Lorraine il s'appelle histoire de la Lorraine. Pour l'instant on a eu le vocabulaire de la mort dans l'Antiquité, les rites funéraires dans la Rome antique et les morts païennes et chrétiennes dans l'Empire romain, grosso et modo.
Et donc, tout s'éclaire ! Le cours, il s'appelle Histoire de la Lorraine parce que la salle de cours se situe en Lorraine !
J'ai bien pesé le pour et le contre, et c'est la seule solution logique. D'ailleurs je me demande si on devrait pas renommer le Master "Master d'histoire de la Lorraine", vu que tous les cours ont lieu en Lorraine. Et parce qu'aucun d'eux parle de la Lorraine.

Après cette illumination divine, laisse-moi te narrer un machin qui s'est passé pendant le cours hier.
En cours d'histoire de la Lorraine, y'a plein d'auditeurs libres. Dans ce cas présent, les auditeurs libres, c'est de petites personnes chargées d'ans qui s'installent aux premiers rangs, qui écoutent le prof et qui ensuite lui posent des questions pièges pour montrer qu'elles en savent plus que lui.

Et hier, donc, avait donc lieu le cours le plus intéressant d'histoire de la Lorraine depuis le début du semestre. Voire, le seul intéressant, en fait. Après réflexion (je dis pas ça parce que j'ai appris que le prof qui nous a donné ledit cours connait l'adresse de mon blog NOTE BIEN (par contre à ce propos je veux bien ma note de partiel sur les Gaulois et sainte Blandine, bien le merci, cordialement, et cætera)).
Nan mais c'était un cours où le prof avait pas une voix d'église, qu'il nous parlait pas en sanskrit ni rien, autant te dire que c'était la fête. Et en plus il a parlé d'Attis (je t'avais raconté cette merveilleuse histoire une fois) qui est limite mon personnage mythologique préféré tellement c'est du grand n'importe quoi cette affaire.

BREF BREF BREF, donc on était au cours d'histoire de la Lorraine, et quelques rangs devant là où j'étais, y'avait un auditeur libre, c'est-à-dire un monsieur chargé d'ans, qui avait la tête posée dans sa main, le coude sur la table, et il a commencé à perdre peu à peu l'équilibre, et là, paf, bah sa tête a chu. Du coup, ça l'a réveillé en sursaut, alors il a retiré ses lunettes, et tranquillement il s'est plus ou moins couché sur la table (il a pas couché tout son corps sur la table, hein, commence pas à imaginer des trucs bizarres).
Et voilà.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Animaux/Zoo/IMG2948copie1.jpg

Le point que j'arrive pas à saisir, c'est pourquoi le gugusse, il s'est tapé le trajet jusqu'à la fac, puis le trajet jusqu'au quatrième étage PAR LES ESCALIERS, alors qu'il était même pas obligé de faire ça, tout ça pour s'endormir à un cours intéressant ?

Peut-être qu'il croyait que ça allait parler de la Lorraine, et qu'il tomba dans les bras de Morphée sous les coups de la déception.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

À actualiser toutes les 12 secondes.

Mercredi, 20 janvier 2010.

Un jour, j'écrirai mes mémoires, quand je serai devenue célèbre, ou pas comme Grenadou, paysan français. Dedans y'aura cinq chapitres sur les déboires de ma famille, et trois chapitres sur les déboires de la fac.

Demain je devais avoir un cours de 14h à 15h. Cet aprèm j'ai reçu un SMS d'une bonhommette fac d'historienne, qui me disait qu'elle venait de croiser le prof et qu'il lui avait dit que le cours était déplacé à 9h.
Ça c'était à 15h.

Et à 21h40, j'ai reçu un mail dudit prof intitulé "Urgent", qui racontait que le cours de demain était déplacé à 9h.

Moins de 12h avant le début du cours, c'est un genre de pari fou, allez, combien d'étudiants vont aller compulser leur boîte mail de la fac avant 8h demain matin ?

Je vais peut-être même faire quatre chapitres sur la fac, tiens.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Et en hébreu ?

Mardi, 19 janvier 2010.

Aujourd'hui c'était rigolo. On a eu un bonhomme qui nous faisait un cours sur le vocabulaire de la mort dans l'Antiquité (c'est pas la partie rigolote), et à un moment, il commence à nous expliquer comment on dit les différents membres de la famille dans différentes langues (si des fois tu veux jouer aux sept familles en russe ou je sais pas quoi).

Il nous a dit comment dire sœur en français, en latin, en grec, en sanscrit, en allemand, et là il dit "j'ai un trou, comment on dit "sœur" en anglais déjà ?".
Et quelqu'un qui sait dire sœur en sanscrit, en grec et en russe, mais qui se souvient plus du mot anglais, c'est quelqu'un de formidable.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Bidules/Smiley/toons245.gif


De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

The bizarrest truc of the world.

Jeudi, 14 janvier 2010.

Tout à l'heure il m'est arrivé le truc le plus bizarre du monde. The bizarrest truc of the world (ou oddest si tu veux faire genre que tu sais parler anglais). Encore plus bizarre que le goût de l'eau de Contrex.

http://krommlech.cowblog.fr/images/Bidules/304432570small-copie-1.jpg

J'étais à un oral où je devais blablater sur l'édit de Nantes (je songe à devenir gauchère tellement ma main droite est pourrie pour choisir un sujet. Il suffit que je dise je veux pas tomber sur ça, et paf c'est ce que je pioche, bien joué la dextre). Bref, donc j'étais à mon oral, je raconte des machins sur l'édit de Nantes et François Bayrou et que sais-je encore, et après, paf, (c'est là le truc le plus bizarre du monde) mon prof m'a posé une question sur mon blog.

Sur mon blog.

Pour l'histoire, on dirait qu'un de mes profs est tombé sur mon blog par le plus grand des hasards (super-merci, Google), et qu'après, il l'a montré à un autre de mes profs.

Et depuis que j'appris la nouvelle, je suis dans l'hésitation : entré-je au couvent ? Me caché-je sous un caillou ?

C'est hyper parce que maintenant j'ai des flash de choses que j'ai écrites sur mon blog à propos de mes profs qui me reviennent, et la vie est belle quoi.
Pour ma survie de demain il vaudrait mieux que j'ai des flashs sur le poids de l'opinion publique dans le déclenchement de la Première Guerre Mondiale ou sur l'importance des sources orales dans l'histoire sanitaire de la Meurthe-et-Moselle, mais bon, on choisit pas ses flash, on choisit pas non plus les trottoirs de Paris de Manille ou d'Alger pour apprendre à marcher, comme dirait Maxime (je suis pas sûre que sa chanson parle de flashs, cependant, note).

Mais peut-être que ça se trouve on sait jamais, ils ont trouvé que mon blog était top-moumoute et du coup pour me remercier de leur avoir fait gagner des minutes de rire grâce à ma désopilance, ils vont me mettre 18 à leurs partiels respectifs. C'est possible hein.

C'est possible aussi que je devienne paranoïaque en me disant toutes les vingt-deux secondes ÇA SE TROUVE ILS SONT EN TRAIN DE LIRE ÇA HAAAAAAAAAAA.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast