Bien le bonjour petit poteau (ou grand poteau, si tu dépasses le mètre quatre-vingt).

Aujourd'hui même je vais pour la première fois depuis l'an mil entrer dans une salle de cours à la fac. Bon t'abuse pas, c'pas pour aller en cours, ça c'est la semaine prochaine. Mais quand même je trouve ça moultement plaisant d'ENFIN y retourner.

C'pas que Dombs en septembre c'est pas la grande fête à tous les étages, mais euh, si.

Puis d'ailleurs il m'est arrivé un truc tellement fantasmagorique à propos de mes cours du semestre prochain que je te raconte. J'ai narré cette super histoire qu'à trois personnes seulement pour l'instant, alors quelques de plus ça mettra encore plus d'euphorie dans mon corps.

T'sais, c'st le genre de truc qui me passionne et que je raconte avec tous les détails, mais qu'en fait ça parle qu'à moi. Youp-youp, j'adore ce blog (soit dit en passant j'ai redécouvert le blog que j'avais du créer pour un cours d'informatique et je le trouvais joli avec j'ai mis un article avec Oui-oui dessus).

Bref, bref, bref.

La palpitante existence de la fac d'historienne, acte VI parce que c'est le sixième lieu où je suis aujourd'hui.

Donc tu sais, ou pas, que j'entre en L3 (troisième année, celle du Bachelor, pour mon public belge (haha, j'adore dire ça)) en histoire (youhouhou), et à la joliette fac de Nancy joyau de l'univers, en L3 d'histoire on choisit une période qu'on veut étudier plus particulièrement, entre l'antique (j't'explique pas ce que c'est), la médiévale (idem), la moderne (de la Renaissance à la Révolution Française) et la contemporaine (de 1789 à nos jours, donc (l'année dernière on est allés jusqu'aux élections de 2007 dans le programme, n'est-ce pas dinguot ?)).

Et en gros j'hésitais méga entre médiévale et moderne, parce que c'est mes préférées de la vie entière. Mais en médiévale j'aime pas l'empire Byzantin et l'histoire d'Europe jusqu'au capétiens, c'est en gros la barbe.

Du coup j'avais décidé de suivre l'histoire moderne cette année.

Bon là normalement t'as déjà pigé la chute de mon histoire mais ça me fait plaisir de continuer à raconter alors je m'exécute.

Donc donc, quand j'ai vu samedi qu'ils avaient mis les descriptifs des cours sur Internet (je sais enfin ce que ça sera "l'historien face à l'imprimé" ou autre truc louche), ben j'ai virevolté jusqu'à là-bas pour aller voir les descriptifs, donc, et en gros c'était ça :

Histoire moderne :
- L'Amérique française (la barbe)
- Le siècle d'or des Provinces-Unies (il existe même pas de mot pour qualifier la barbitude de ce cours).

Histoire médiévale :
- L'Europe occidentale à la fin du Moyen-Âge (j'adore, j'adore)
- Sainteté et culte des saints au Moyen-Âge (l'histoire religieuse est ma grande amie, en vrai, j'te rappelle).


T'as vu la jolie présentation qu'ils nous ont fait quand même ? Mirifique.

Ben du coup, ni une ni trois, après moultes réflexions en fait, j'ai décidé que finalement l'histoire médiévale était plus mon amie que l'Amérique française et les Provinces-Unies,  et là je suis partie pour prendre ça.

Et alors là, t'imagines même pas, mais ça implique moultes changement dans mon emploi du temps.

Du genre, je vais avoir cours cinq jours par semaine. Ouais, ouais.
Mais de l'autre genre, les lundis, mardis et mercredis, seulement l'aprèm, et le vendredi, seulement le matin.
Donc ça fait plutôt 6 demi-journées que cinq jours, en vrai.
Mais j'avoue il me manque 2h d'anglais dans l'emploi du temps pour que ce soi complètement complet, et celles-là je saurai que jeudi où je les range.

Puis je vais pouvoir suivre un super cours qui s'intitule paléographie française médiévale et qui implique que je vais apprendre à lire des manuscrits du Moyen-Âge. Les trucs où ils abrégeaient tout sans règle précise, youhou ça va être chouette.

Voilà cher gens, cette info t'aura palpité j'en suis certaine, alors pour te laisser te remettre de tes émotions, je me tais.

P.S. : (à l'intention de Youguette-bonhommette) ben du coup ça va annuler notre pause cafét du mardi matin, mais il doit y avoir moyen de trouver un autre moment dans la semaine. Puis aussi même si je commence à 14h le mardi possiblement je viendrai manger avec vous quand même.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Ma vie ne te palpite pas.

Jeudi, 28 août 2008.

Bonjour, je suis pas venue te dire que je m'en vais, alors je dis autre chose à la place.
Ce semestre, pour la première fois depuis que j'ai fui les cours du glorieux lycée Henri Poincaré, soit vers fin mai de 2006 (ou début juin, je me souviens plus méga), tan tada tada tadan tan tan, je vais avoir cours le lundi !

Enfin une heure de 15h à 16h, parce qu'il faut pas abuser des bonnes choses non plus. Par contre je garde le vendredi de libre, puisque c'est ainsi. Et le jeudi matin, en théorie. Ça me fera 4 pas-cours-le-matin par semaine, ohoh, la fac d'histoire c'est quand même super (surtout qu'une fois diplômée je serai au chômage alors j'aurai pas non plus à me lever à 7h pour aller travailler, alors tu vois).

Puis je vais (possiblement, si tout se passe comme je le désire) suivre plein de cours à l'intitulé mystérieux, comme "l'historien face à l'imprimé", "paléographie française" et autres billevesées. Histoire des sciences et techniques.
Et Symbolique, emblématique. C'est de l'histoire médiévale. Tu crois je vais faire de l'héraldique ? Si je fais de l'héraldique après j'aurai la classe internationale du savoir qui sert à rien, et c'est hyper nic-nic.

Ensuite des cours que rien que 'intitulé me donne envie de sauter dans le train vers la fac et d'attendre le cours dans la salle. Ou pas. L'Amérique française. Youhou !
Le siècle d'or des Provinces Unies. Alors ça. L'année dernière j'avais un cours sur l'Europe dans la seconde moitié du XVIIè siècle, et sur 9 heures de cours (le prof a été malade malade), il nous en a fait 7 sur les Provinces-Unies. Alors qu'on devait parler de l'EUROPE. Alors là un cours juste sur les Provinces Unies, avec le même prof, ça va être rigolototo.

En gros j'ai de l'histoire rangée partout dans mon emploi du temps, sauf deux heures qui sont de l'anglais.
Et Youguette bonhommette toi seule va comprendre la joie, mais j'ai encore M. Simiz et M. Guichard, youhouhou !

Ça m'inspire méga cette rentrée.

Mais en fait tous les ans la rentrée m'inspire, parce que c'est la rentrée !
Enfin la première semaine où tu commences un nouveau bloc de feuilles, des nouveaux cahiers, je vais étrenner mes nouveaux bics (qui sont pas de la marque Bic, note), et en plus les profs nous donne le programme du semestre alors on écrit rien ou presque, que demander de plus ?

Je peux te demander du moins, par contre.

Si on disait, une semaine après la rentrée, le scrogneugneu qui me sert de fiancé va partir dans son monde à part (la mer, ndlr (prends un bain, ça sera aussi rigolo et moins long à attendre) pendant quatre semaines (aux dernières nouvelles).
En juillet il est parti deux semaines et demi et déjà c'est pas chouette, avec l'optique des trois semaines de vacances juste après, mais là, là, lalalalaaaaa.
Espérons que les cours seront palpitants histoire que le temps passe plus vite, hein.


Avec plein de zyeux là c'est Kitou scrogneugneu, le vrai.

Par contre j'ai de la bonne nouvelle aussi.

En plus de Youguette bonhommette qui continue à faire des dissertations et autres joyeusetés en troisième année, cette année Julieta aussi a pris l'aller simple pour la fac de lettres !
Elle a compris que moins de 20h de cours par semaine pendant 12 semaines, pouvait pas y avoir mieux.

Soit, soit, c'est trop chouette chouette !

Avec un brin de tasse on aura des emplois du temps qui concordent et on pourra manger ensemble, youhou !

Puis selon mes sources, Nahomie s'est inscrite aussi pour le premier semestre en fac de lettres, mais va-t-on la voir en cours, ou va-t-elle faire comme il y a deux ans ? .Le suspens est à son comble.

 

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

J'ai mon bac.

Vendredi, 4 juillet 2008.

Depuis deux ans.

Ha bah voilà, pour ceux qui lisent pas les titres ça commence incompréhensible. Hééé, faut lire les titres, je les mets pas pour faire joli. Ils sont souvent profonds ou spirituels. Enfin tu vois quoi. Un peu comme mes articles, pour te donner une idée.

Bref d'après ce que j'ai percuté au vu de quelques titres d'articles, les résultats du bac sont arrivés aujourd'hui.
Youp-youp, n'est-ce pas ? Des hectolitres de stress qui partent dans le néant.

Donc j'ai aussi envie de dire j'ai eu mon bac, si c'est la méga-fierté du moment, nan mais vraiment. Je veux être méga-fière de même.

Là on peut avoir une petite pensée émue pour tous ces pauvres Belges qui ne passent pas de bac ou d'équivalent du, et alors avec quoi ils peuvent être fiers ? J'en connais bien un qui a eu un Master, m'enfin par rapport au BAC. Haha.

(C'est le matin, je raconte n'importe quoi, ne pas s'inquiéter).

Donc, tout ça pour dire que, deux ans, n'empêche, ça fait pas mal.
Héééé, à l'époque j'avais même pas de blog, comment racontais-je ma vie dis donc ?

Là tu vois j'essaye vaguement de trouver un truc pour remonter le niveau de l'article, mais lancée sur le sujet du Bac, qu'est-ce que je peux ajouter ?

Pour les épreuves, j'étais dans la même salle que le jeune grelon géant. Et en sortant j'attendais Julieta. Le problème c'est qu'elle sortait au dernier moment du coup je trouvais bien le temps d'aller voir le chimpanzé à la Pép' ou d'aller visiter un musée (où eut lieu ma première rencontre avec le Couscous tacheté, bénie soit l'épreuve de math moisie).
Je prenais pour rentrer chez moi des trains qui partaient avant l'heure de la fin de l'épreuve, alors Youguette et Lydie je les voyais pas après.

Comme nous l'observons tous en coeur, je ne remonte point le niveau de l'article, du coup possiblement j'abrège, hein.

Hééé, j'ai mon bac ! Sans la mention Bien tout ça a cause de Martine. Ouais, ouais.
Martine c'était ma prof de philo. Et en philo j'ai eu 7 parce que j'écoutais rien en cours parce qu'elle était soporifique.Sinon j'aurais eu 10 et la mention Bien.
Mais je suis pas philosophe comme être.
C'est dommage sinon t'aurais eu des articles plutôt cool.



Ohhh, c'est émouvant !

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Je t'avais dit hier, je te montre le cadeau rigolo que pomme il m'a offert (c'est un peu le Père Noël qui s'appelerait "Père 365 jours par an" en fait, pomme de pin).

C'est un bidule que j'avais vu dans un magasin en Belgique le jour où j'ai fait du shopping toute seule comme une grande dans la capitale des Belges et que je me suis pas perdue (chut Youguette). Je suis tombée en extase devant et comme je suis pauvre, comme toute jeune fille qui se respecte je l'ai donné comme idée de cadeau pour mon nannicversaire.
Pomme il a pas la mémoire des dates ou j'sais pas, toujours est-il que je me suis retrouvée avec l'objet en interrogation entre les mains en mai et pas en novembre.

Et maintenant ça fait que périodiquement, je deviens les petits chiens agaçants à l'arrière des voitures avec leur tête qui se dandine.

Nan mais il est chouette mon réveil hein ?
Il gigote, il gigote.
Même si là tu le vois pas gigoter.



Et puis changement de sujet sous tes yeux ébahis, ils se sont enfin décidé à dire quelle était ma moyenne à l'année, et comme j'aime :
- Raconter ma vie.
- Faire en sorte que mes chevilles se montgolfièrisent.
- Raconter mes souvenirs qui font en sorte que mes chevilles se montgolfièrisent,

Hop, une formidable impression écran et la (non-)palpitante histoire qui va avec.

J'ai vu cette jolie moyenne :

Hein elle est jolie ma moyenne ?

Et puis là dans un élan de questionnement, j'ai sorti mon dossier scolaire (aaaah ! Que d'émotions en voyant mon joli diplôme du bac qui traîne dans le bureau depuis maintenant un moment) pour voir nan mais vraiment depuis quand ma moyenne à l'année fut aussi chouette.

C'est d'ailleurs comme ça que j'ai découvert qu'au premier trimestre de la première (la cinquième secondaire pour les Belges parmi nous :p (ils sont partout ^^)) ma meilleure moyenne c'était celle de sport.
Carrément quoi. Note que 15 de moyenne en sport, c'est un peu comme quand Neilou a marché sur la Lune, un grand pas pour Emil (bon il a peut-être pas dit ça textuellement mais l'idée est sensiblement la même).

Je me suis penchée sur mes bulletins de seconde (quatrième secondaire, toujours pareil), parce que forcément c'est ceux-ci qui sont les mieux réussis depuis longtemps, vu qu'après y'a eu l'entrée dans le merveilleux monde des scientifiques, des lois de Newton, des exponentielles et du Sida, tout pour être heureux (et faire sensiblement tomber la moyenne de quelques points).

Et oui, donc, donc, j'avais pas eu une aussi bonne moyenne à l'année depuis la Seconde, y'a donc entre 4 et 5 ans. Enfin en seconde j'avais une meilleure moyenne que ça quand même, parce qu'à l'époque les maths c'était facile, la physique c'était facile, la SVT on avait les réponses aux interros avant (la joie de passer dans le deuxième groupe après la récré avec la même interro) c'était facile, et les langues vivantes ça comptait autant en coef que les autres matières.

Bien sûr le bac il compte pas, parce qu'il nous aurait fait écrire l'alphabet et réciter nos tables de multiplications on aurait pas pu avoir de meilleures notes (du moins, j'espère que tous les gens qui ont passé leur bac en 2006 par ici l'ont eu (avec la mention qui va avec c'est encore plus joli (je suis pas sectaire pour la mention, prends celle que tu veux))).

Je t'ai déjà dit que j'avais eu 19 en allemand au bac ? Haha.
En fait j'ai un contrat avec mon égo, je dois le dire au moins une fois par mois, juste pour embêter télépathiquement M. B. le prof d'allemand-pingouin qui a dit que mon écrit était passable. Tss tss tss.
Et aussi parce que dans 12.487 ans je m'en serai toujours pas remise tellement 19 en allemand c'est n'importe quoi à grande échelle.

Ha si, je sais dire le grenier. DACHBODEN.

(j'suis gentille limite je donne une occasion à pomme de dire que je suis intelligente et blablabla juste pour après avoir envie de l'assommer à coup de patte de gnou)

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Aujourd'hui, posons-nous une question existentielle, d'ac ?
Et puis comme c'est le blog d'imou, c'moi qui décide de la question existentielle, on dit.

La question, en ce joli jour d'hui, c'est :
Qu'est-ce qui est plus rigolo qu'être prof de C2I ?

Je rappelle pour les gens qui ont pas eu l'honneur et privilège de suivre ce joli cours que c'est un cours d'informatique. Un peu le genre de cours qu'ils fileraient à des personnes chargées d'ans qui veulent découvrir ce qu'est un ordinateur, mais filé à des gens de 20 ans sinon c'est moins rigolo.

Je te rappelle qu'être prof de C2I c'est rigolo.
Pour résumer, le prof de C2I c'est le type qui apprend à des étudiants comment envoyer un email (ohlala, avec une pièce jointe en plus !) pendant que lesdits étudiants tentent de survivre en envoyant des emails, justement, faisant des jeux sur Internet ou lisant des blogs (ça sent le vécu ?), ou prennent des notes sur le cours, même, des fois (ça ça sent pas le vécu).

Pour que tu te rendes compte de l'ampleur du désastre, je suis allée chercher au fin fond d'ici (on approche du 500è article en ligne, mine de néant) un exemple de leur cours.

Bon tu te tartis pas à lire l'article, hein, tu regardes juste la jolie image. Note que tu peux lire l'article si ça te palpite mais il a pas l'air transcendant. Bref.

L'article !

Pour te prouver encore que c'est rigolo d'être prof de C2I, je te rappelle la super question bourrée d'hilarité qu'ils nous ont servie dans le QCM vendredi dernier :
Qu'est-ce qu'un Wiki ?
A.
B.
C. Un fruit en langage jeune.
Toi aussi tu as du mal à t'en remettre ?

Et puis alors, ce matin, j'ai eu la partie pratique du bidule (le QCM c'était la théorie, si tu suis bien), on avait deux heures sur un ordi.
Pleine de bonne volonté je voulais relire un tutorial d'Excel avant d'y aller, mais les 4 premières lignes m'ont ennuyé alors j'ai arrêté.
Et remarque que j'ai bien fait, tellement ça aurait servi à rien.

Je suppose les profs de C2I ils se consultent pour créer un sujet.
Ils se disent, il nous faut un sujet où ils utilisent Excel, Powepoint, Word et Internet.
Ils réfléchissent, ils réfléchissent, et c'est alors que l'un d'entre eux à une idée lumineuse.

Nan mais j'veux dire, si les gens avaient plus souvent des idées aussi lumineuses que ça, on remballerait vite fait les halogènes, les néons et les lampe de bureau, on s'éclairerait uniquement à l'idée. La facture d'électricité crierait merci, d'ailleurs, et ce serait la première fois qu'on verrait une facture crier, et on se croirait dans Harry Potter quand Ron reçoit une beuglante. Ou pas.

Bon, l'idée lumineuse, j'y viens.

Il se redresse, tel Vercingétorix rendant ses armes à César (j'y étais pas mais j'imagine, un soupçon de fierté avant de se faire traîner en captivité et étrangler. C'était un ancêtre des Français, hein (halala les vilains préjugés de nos voisins (les Belges par exemple, au hasard) sur les gentils Français, c'est incroyable. Et pas mal vrai, par la même occasion).

J'te jure, il faut m'arrêter quand je commence à faire une succession d'idées sans rapport, sinon on s'en sort pas et t'es encore là demain.

Il se redresse, et annonce l'idée :
"Et si on leur faisait compter le nombre de lettres qu'il y a dans le Horla de Maupassant ? Et après, et après, et bah ils trieraient les lettres par leur fréquence d'apparition dans le texte. Ça serait rigolo. Et même, ils en feraient un graphique, et ils le mettraient sur un Powerpoint. Même qu'ils seraient OBLIGÉS d'aller chercher les dates de naissance et de mort de Guy de sur Inetrnet. Haha, ça les occuperait bien, nan ?"

Et c'est ainsi que le grand comité des rigolos du C2I prit la décision de nous faire calculer la fréquence d'apparition de la lettre J dans le Horla de Maupassant. Point crucial de l'histoire de la littérature du XIXè siècle, tout le monde en convient.

Maintenant, répondons tous en choeur : qu'est-ce qui est plus rigolo qu'être prof de C2I ?

Et puis, pour de plus amples informations sur leur créativité, nous attendons tous ensemble le commentaire de Youguette qui nous dira si le sujet de la deuxième fournée d'épreuve était aussi marrant.




Les otaries aussi, elles s'amusent bien.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Depuis 1958, en plus.

Vendredi, 16 mai 2008.

Bon d'ac j'ai changé d'avis sur le pas d'articlation en ce jour d'hui.
T'façon pomme de pin-le-bougre i'dit des photos c'est un article alors bon. Bon.

Je t'ai dit tu vas avoir droit à tout mes partiels et tout et tout.
Et des fois je dis un truc et je le fais. Des fois nan, mais des fois si.
Ici, c'est si (c'est redondant du ssss comme phrase).

Le prof il s'est pointé au tableau et il a commencé à écrire le sujet.
Pour dire à quel point j'étais dans les starting-blocks, quand j'ai percuté qu'il avait commencé à écrire et que j'ai levé le nez de mon bouquin il avait déjà écrit "Sujet : l'évolution".

Le sujet c'était pas l'évolution, hein. On est pas chez les amis de Darwin ici. Ça c'était juste le temps de réaction d'Emil.
Des fois que tu aies pas percuté l'affaire (sait-on jamais).

En fait le sujet en entier c'était "l'évolution politique de la Vè République depuis 1958."
Le coup du 1958 ça tombait bien quand même parce que c'est tout pile quand elle a été créée. Font les choses biens les profs d'histoire quand même.

Le prof vu que c'est un petit rigolo dans le monde de l'histoire, quand il était en train d'écrire "de la", il s'est arrêté, il a jeté un regard vers le public (les étudiants quoi), avec l'air "HAHAHAAA, on rigole bien quand j'fais du suspens, hein ?" Après il a écrit mais en lettres et un fort pourcentage de la salle s'est mis à hululer tel le hibou de contentement.
Je comprends toujours pas pourquoi d'ailleurs.

Et juste après y'a les pompiers qui sont arrivés pour évacuer les trois cadavres.  C'est à cause du suspens du prof, y'en a leur coeur a pas tenu, trop  d'émotion au moment des starting-blocks, et bim.
Non en fait ça c'est pas vrai personne il est mort.

Etudie bien le sujet : l'évolution politique de la Vè République depuis 1958.
En gros, ça fait dans notre cours la période 1958-2007. 70% du cours magistral, en fait, je te le donne en 4.000.

La question que tout le monde se posait dans l'amphi, enfin surtout si "tout le monde" c'est moi, c'est "mais qu'est-ce qu'il a bien pu se passer pendant le mandat de VGE ?"

J'ai trouvé ça très rigolo. Tellement rigolo que j'étais rentrée chez moi à 19h12 alors que le partiel se finissait à 19h, je t'en bouche un coin hein ?
Si ça t'en bouche pas un coin c'est que tu ignores que j'habite à à peu près 20 kilomètres du lieu du supplice. C'est pas de ta faute je te pardonne. Maintenant ça peut t'en boucher un coin. Je te prête un bouchon à cet effet si tu le souhaites.
Tellement rigolo aussi que je suis partie telle la fusée juste après avoir rebouché mon stylo. La relecture n'est pas mon amie. La conclusion non plus d'ailleurs. Le sujet non plus. Enfin rien avec "contemporaine" dedans, pour conclure.

Et maintenant, je suis libre telle la bise youhou.
Jusqu'à mardi 7h45 quoi.
Du coup toi tu es libre avec mes palpitants partiels jusqu'à mardi-journée.
Petit chanceux, petite chanceuse, joyeux drille, coquelicot guilleret. Profite.



Les ours ils ont pas de partiels d'histoire contemporaine alors ils sont heureux.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Y'a un problème quand tu arrives à un examen en connaissant ton cours (ha bah oui je suis en partiels, je vais pouvoir te faire un super résumé desdits, je sais que ça va te passionner entre tout).
Note que c'est pas un problème qui m'affecte depuis longtemps, du coup. C'déjà ça de gagné.
Le problème, c'est qu'en fait, si tu le connais, le cours, c'est très désappointant de laisser de côté les infos que tu t'es tarti à retenir. Et très tentant de les intégrer mine de néant dans le dedans du commentaire de document, de la dissert, ou je ne sais quelle autre joyeuseté iils peuvent nous proposer.

En plus, l'année dernière, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ecrit d'histoire  ancienne, écrit d'histoire médiévale, deux heures chacun.
Ben, d'accord. Deux commentaires de documents (quand je te dis je suis chanceuse. Youguette elle a eu une super dissert sur les empereurs romains et tout. Et pas de commentaire de document, pas la moyenne non plus, du coup (mais tellement elle est forte, elle avait des notes terribles partout ailleurs, de ce fait ça a rattrapé)). Quand je te disais que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Deux heures, hop tu lis tu commentes tu plantises tu rédiges et tu sors avec un air vainqueur, ou pas (chez moi c'est pas).

Mais cette année, ils ont tenté l'innovation en introduisant un écrit de trois heures. Les sournois, t'as vu ?
Du coup gentiment tu regardes le sujet "à l'aide de vos connaissances commentez ce texte se rapportant dans le livre de Voltaire à l'année 1672". Ha bah parfait, 1672, la guerre de Hollande, je connais, je connais.
Puis, premier effroi. Et puis la Glorieuse Révolution d'Angleterre, et les missions intérieures des Jésuites, hééé, j'en fais quoi ?
Et là, erreur : un semblant d'idée lumineuse "Trois heures. Hmmm ça va j'ai le temps de raconter la vie du roi d'Angleterre avant de raconter la guerre entre les Pays-Bas et la France. Large."
Ouais c'est quoi ce délire là ? Avec deux heures de toute façon tu réfléchis pas tu commentes tu commentes, mais avec la troisième heure, c'est la porte ouverte à tous les hors-sujets.

Mais tellement je suis raisonnable, j'ai réussi à garder pour moi la vie de Charlot et Jacquot (les rois d'Angleterre que des fois ils partent en exil, des fois ils deviennent rois, des fois son père il meurt décapité (ça c'est Charles, le II), des fois le Hollandais il vient lui piquer sa place (ça c'est Jacques, le II aussi (ne marie jamais ta fille à un Hollandais, c'pour ça, c'bien connu ils aiment partir à l'étranger avec leur caravane)), c'est eux !). Bah devine lequel il est lequel, maintenant.

J'ai juste essayé de recaser des mots intelligents (Stadhouder et polder et autres billevesées) et des bouts de chronologie pour pas l'avoir apprise pour rien, non plus.
Ha oui mais depuis que je côtoie pomme de pin, déjà l'idée de faire des études sans être payée me révolte, alors si en plus je dois étudier pour rien, mais où va le monde, ma brave dame ?
(C'était humoristique la phrase précédente, des fois que tu te demandes)

J'ai même, innovation ultime ! Réussi à faire des transitions.
Hahaaaa, quand on voit l'état de mon blog, on se demande bien comment c'est possible ?
Je n'en ai pas la moindre idée.
Par contre mon plan, bah c'est un plan d'Emil quoi. On a qu'à dire le prof il va trouver ça génial et me mettre 16, et ça me va. Pour rattraper la dissert d'histoire contemporaine qu'à la place de réviser, même que je tape un article pour tes jolis yeux (surtout s'ils sont verts, c'est encore plus mieux parce que c'est les meilleurs yeux les verts, tout à fait objectivement (du coup je choisis bien et p'is y'a genre Youguette meilleure potine de l'humanité entière qui a des yeux verts, même si dans le dedans y'a d'autres couleurs pour faire des farces, pomme que j'aime plus que le soleil il a des yeux verts rien que verts, Chritelle qui est ma moman et que je dois lui acheter son cadeau de fête des momans, elle a les yeux verts aussi, et Krommlech qui dort sur mon lit aussi (j'me suis un peu laissée emporter là))).





 
Voilà, devine de qui de qui de qui de qui qui l'est l'oeil, l'autre oeil, l'autre autre oeil, et l'autree autre autre oeil.

Maintenant, je vais pouvoir reprendre mon occupation de temps de partiels : actualiser la page des résultats toutes les cinq secondes pour voir si y'a pas des notes qui s'affichent.
J'aime pas le suspens c'bien connu.

Par contre l'histoire moderne je l'aime bien.




De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

Aujourd'hui même, tadatadan, j'ai eu mon premier partiel. Ça compte pour du beurre en fait, c'était de l'anglais.
Mais ça compte pas pour du beurre dans la moyenne, ce qui est bien. Là ça compte comme de la demi-histoire, niveau coefficient. Ce qui est bien aussi.

Pendant une heure, on devait palabrer pour dire ce qu'on trouve le mieux pour améliorer sa beauté, entre boire des boissons énergisantes qui font perdre du poids, se faire faire des machins de beauté japonais genre des masques de beauté à la feuille d'or ou se faire manger les cuticules par des poissons exotiques, ou bien un autre truc mystère qu'on dit nous-même.
Ça c'est du sujet super-cool, hein ?
Le coup des poissons tropicaux mangeurs de cuticules, si c'est pas mignon ça.

J'ai dit un machin du genre : ça c'est bien pour les gens très très riches et très très paresseux, mais garde tes sous, fais du sport et mange des fruits et légumes.

En gros, "fais c'que j'dis, pas c'que je fais" (c'est un truc de famille).
C'est bien connu que la sportive que je suis ange des légumes à chaque repas (oui, oui, oui, bien sûûûûûr, les brocolis sont mes amis). Les pâtes c'est bon aussi, sinon.

Mais en 184 mots, parce qu'il fallait faire, en une heure, entre 150 et 200 mots.
Avant j'ai dit que si je voulais être belle je préférais pas mettre trop de maquillage. C'est d'un haut niveau, je sais. L'argumentation et moi c'est l'amour à vie.
Entre 150 et 200 mots, c'est pas chouette ça ?
Ils nous ménagent, y'a pas à dire. Je pense ils veulent nous épargner le surmenage dès le premier jour d'examens, possiblement. Ou nous filer des points gratuitement pour qu'on décampe de la fac le plus vite possible, j'hésite.
En tout cas c'bien sûr qu'ils veulent pas qu'on devienne bons en anglais.

La problématique c'est qu'à cause de leurs vilains 200 mots, là, j'ai pas pu dire ma super chute, qui était, super. J'ai déjà dit que c'était super.
Quand tu fais plus que ce qui est demandé, ils te filent pas de sous comme si tu faisais des heures sup', eux, ils te retirent des points. C'est malin, ça, tiens. Monsieur Sarkozy il serait pas trop trop content qu'on nous autorise pas à travailler plus.

Du coup j'ai gardé ma super conclusion pour moi toute seule. Jusqu'à ce que je tombe sur Wordpad où le désir de raconter ma palpitante existence se fait pressant.

C'était tellement super, ma chute, ça donnait ça : "t'façon, boire des sodas, même si c'est des trucs trop super méga-cool de la mort qui tue (je reviens pas sur l'expression "la mort qui tue", hein), c'moins bon pour ta santé que de boire de l'eau, hahahaaaaa !"
Mais en anglais. Et en pas dit comme ça. Parce que quand même, c'était un examen, alors je fais gaffe je parle moins n'importe comment.

Hein qu'elle était super ma chute ? Aussi super que celle du mur de Berlin. Voire, aussi super que le sujet, AU MOINS.



Aujourd'hui, le raton-laveur, qui rate et qui lave. Je sais pas ce qu'il rate par contre.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

En fait au final, les mercredis de cours, c'est mieux quand y'a pomme à côté de moi en cours, pomme à côté de moi à la BU, pomme à côté de moi à la cafét', pomme qui m'attend à la sortie du cours de civilisation scandinave.
Que quand c'est un mercredi où qu'il fait beau-mais-il-faut-aller-travailler-à-la-BU, que je suis venue par le train de 9h alors qu'en fait prof pas là (pour le dernier cours en plus, tss tss) et je commençais à midi, que l'autre prof nous dit qu'on aura le cours sur l'Angleterre vendredi matin alors que le partiel est mercredi (haha).
Ou que quand c'est n'importe quel autre mercredi de cours en fait.

C'est mieux quand je sais qu'il va y avoir après 19h quatre jours de week-end avec moultes réjouissances et surtout le monsieur suscité (pomme, pas le prof absent, confonds rien) toujours à moins de 4cm, que quand je sais qu'après 19h il va y avoir 5 jours de révisions avant les partiels, dont trois jours où pomme il décampe dans l'autre côté de la France (celui où je suis pas mais où y'a la mer et c'est pratique pour un marin) et que même pas on pourra parloter pour changer les idées de mon cerveau et pour dire des déclarations d'amour et pour faire des éclats de rire.

En fait le mercredi c'est mieux quand c'est la semaine dernière.

Elles sont longues mes phrases, hein ? On croirait Barbey d'Aurevilly un peu.

Là je te mets pas de photo du zoo rapport au fait que je suis dans le dedans de la fac et que donc, DONC, j'ai pas de photos sous la main. Ou dans l'ordi, au choix.

De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

De la culture par ici, ohoh.

Jeudi, 10 avril 2008.

Dans l'ensemble, l'anglais y'a rien de plus tartant. J'veux dire, les cours d'anglais qu'on est censés suivre pour euh, je sais même pas pourquoi. Parce sinon dans le genre tartant absolu y'a aussi le livre Niourk.
Dans le genre, on apprend rien. Bon possiblement y'a des gens qui apprennent des trucs mais alors faut déjà avoir un sacré nombre de lacunes. La bonne base pour apprendre des trucs en anglais ça doit être de pas savoir qu'il faut un S à la troisième personne au présent et que les adjectifs sont invariables.
Sinon dans l'ensemble tu peux prendre ton mal en patience et te dire qu'au moins ça te fera deux heures de cours hebdomadaires qu'il faudra pas réviser pour les partiels.

Total aujourd'hui (là au moment où je tape ça j'avoue je suis encore en cours d'anglais, on a réintégré une sale avec des ordis et donc je passe le temps, dans toute la logique de l'existence) au lieu d'écouter le SUPER reportage sur la beauté au Japon (en tout sérieux, qu'est-ce que le point des sujets qu'on étudie ?) je me suis demandée si je me souvenais encore de The Ballad of Reading Gaol. Tu sais bien, le poème que mon ami Oscar il a écrit quand il était à la prison de Reading, là.
Bon voilà j'ai décidé d'introduire de la culture ici aujourd'hui.

Bon t'affole pas, je connais pas le poème en entier, il fait une sacré longueur, hein. Mais juste la dernière partie, VIè du nom.
Et comme je sens que tu meures d'envie de la lire, je te la livre. Mais te bile pas, je sais bien que tu la liras pas, je me fourvoies pas. Sauf si tu exception qui confirme la régularises, et dans ce cas bienvenue et la règle te remercie (pas celle de Saint-Augustin, note).
Oui ça me fait plaisir je fais un retour fracassant vers Oscar Wilde en ce moment. L'approche de l'Importance d'être constant, peut-être bien. Ou le livre gracieusement offert par une pomme de pin.

The Ballad of Reading Gaol
VI.

In Reading gaol by Reading town
There is a pit of shame,      
And in it lies a wretched man      
Eaten by teeth of flame,    
  In a burning winding-sheet he lies,
         And his grave has got no name.

          And there, till Christ call forth the dead,
 In silence let him lie:        
No need to waste the foolish tear,
Or heave the windy sigh: 
        The man had killed the thing he loved,
And so he had to die.   
 
  And all men kill the thing they love,
By all let this be heard,  
Some do it with a bitter look,         
       Some with a flattering word,
The coward does it with a kiss,      
       The brave man with a sword!

C'chouette hein ? Bon là j'avoue, en vrai je l'ai pas tapoté à la main, parce que je connais pas la ponctuation par cœur. Par contre je me suis rendue compte que je me souviens bien de cette partie du poème, à part j'avais oublié un t à "flattering" et un n à "winding-sheet", j'avoue. Note que c'est pas un mot que je risque d'employer souvent dans mon existence alors ça va parfaitement.

Voilà, voilà, tu vois comme on s'amuse bien en anglais quand même ?

Des fois je songe j'aurais peut-être du prendre germain au moins j'aurais appris de nouveau truc et j'aurais pas perdu mon niveau, parce que là l'allemand me semble bien loin et l'anglais, hein, c'pas avec ces cours que je vais m'améliorer. Mais bon quand même le germain, c'pas une décision qui se prend à la palourde (je sais je suis désopilante quand je m'y mets. D'ailleurs faudrait peut-être que je songe à m'y mettre un jour).

Voilà, je suis fière de t'avoir présenté cet article totalement inutile, ça m'a fait plaisir, au plaisir (justement) de te revoir.

Et soit dit en passant, je sais pas à profusion si je vais donner de mes nouvelles la semaine prochaine, je décampe demain, t'sais, mais l'esclaffe c'est que comme pomme de pin est pas en vacances, il va devoir aller à ses 17h de cours (ouais, après il dit que j'ai jamais cours, hein (c'juste pour le plaisir de te faire devenir dingue, pomme :p) et donc mardi jeudi et vendredi matin je suis libre comme l'air dans sa demeure sans lui (lundi et mercredi je m'aventure telle une folle dinguotte dans Bruxelles sans plan ni être humain-guide-de-pas-haute-montagne) et possiblement vendredi aprèm (demain, quoi) et samedi aprèm (HAAAAA BAAAAAAAL (j'extériorise, tu permets)) et peut-être dimanche aprèm et mardi aprèm, le jeune homme il doit travailler.
C'est bien connu que je vais jamais travailler tout ce temps là aussi, même avec mes amis les partiels qui pointent le bout de leurs naseaux le mois prochain, alors il se pourrait que peut-être j'articlationne.

Je dirais bien, suspens, suspens, et ça rime pas avec génie.


De krommlech.

Rangé dans Histoire d'étudier.

<< Page précédente | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | Page suivante >>

Créer un podcast